Actualités

Raj Dayal «en mode reflexion»

Raj Dayal

Le député Raj Dayal se sent-il mal à l’aise au sein de la majorité gouvernementale et de son parti, le Mouvement socialiste militant (MSM) ? Va-t-il emboîter le pas à  Vishnu Lutchmeenaraidoo qui avait démissionné de son poste de ministre des Affaires étrangères et de député du MSM, le 22 mars dernier ?

Le politicien n’est pas très clair sur ses intentions pour le moment. Mais, il a quand-même concédé, à sa sortie de la réunion du groupe parlementaire de la majorité gouvernementale au Bâtiment du Trésor, lundi, qu’il est « en mode réflexion ». Sur l’insistance de la presse, il a répété ces mêmes mots.

Depuis vendredi, Raj Dayal laisse planer le doute. Ce jour-la, il a juré un affidavit en Cour suprême disant que  sa démission « en tant que ministre de l’Environnement, du développement durable et de la gestion des désastres et des plages n’avait pas de raison d’être. » Le ministre avait démissionné de son poste le 23 mars 2016 dans le sillage de l’affaire « Bal kouler » à la demande de sir Anerood Jugnauth, alors Premier ministre.

Dans son affidavit, Raj Dayal soutient que ce dernier a exigé sa démission lors d’une réunion entre les deux hommes et qu’il avait soutenu que les allégations à son encontre étaient fausses et qu’il n’allait pas quitter son poste.

Mais, « j’ai eu l’instruction de démissionner de la part du Premier ministre et que ça allait durer cinq semaines, le temps d’avoir une enquête indépendante ». Mais, à ce jour, Raj Dayal n’a toujours pas récupéré son poste de ministre. Dans son affidavit, il réitère son innocence et soutient être victime d’une injustice.

Autre présence remarquée à cette réunion d’hier du comité parlementaire de la majorité : celle de Sangeet Fowdar, député du Muvman liberater de la circonscription No. 6 (Grand-Baie/Poudre-d'Or). Celui-ci est donné comme étant candidat à la démission de la majorité gouvernementale. D’ailleurs, Sangeet Fowdar est particulièrement discret au Parlement et même au sein du groupe parlementaire de la majorité. La semaine dernière, il devait écrire sur sa page Facebook : « Vive les transfuges ! Strong and Powerful ! Bravo, keep fooling and pretending ». Dans son entourage, on confie que le député en veut à certains députés qui sont devenus rapidement influents alors qu’ils viennent de rejoindre le gouvernement.

Interrogé par TéléPlus, à sa sortie du Bâtiment du Trésor, le député du No. 6 a esquivé les questions qui lui ont été adressées et a refusé de commenter sa position.

  • Made for more