Interview

Radhakrishna Sadien : «Je suis en faveur d’une refonte en profondeur du PRB»

Radhakrishna Sadien

Le président de la State Employees’ Federation (SEF), Radhakrishna Sadien, souhaite un amendement à l’Employment Relations (Amendement) Act 2019, pour que les fonctionnaires puissent contester le rapport du Pay Research Bureau (PRB). Parallèlement, il souhaite le rétablissement du Civil Service Arbitration Tribunal (CSAT)

Le rapport du PRB sortira probablement en octobre prochain. Quelles sont vos principales attentes ?  
D’abord, j’aimerais faire ressortir que jusqu’ici tous les rapports du PRB ont traîné derrière eux des anomalies. D’où mon souhait que ce ne sera pas le cas pour le prochain rapport, d’autant plus qu’après avoir signé l’Option Form, ils ne peuvent contester le rapport devant une instance judiciaire. Malheureusement cette clause a été maintenue dans la version amendée de l’Employment Relations Act. Je souhaite qu’on amende l’Employment Relations Act pour permettre aux fonctionnaires de contester les recommandations du PRB. Cela dit, nous attendons à ce que le ratio entre les gros et petit salaires, soit calqué sur le salaire du Senior Chief Executive et non de celui du Permanent Secretary. Car maintenant, c’est le salaire du Senior Chief Executive qui est le plus élevé dans la Fonction publique. 

Quel devrait être Ratio ?
Je pense qu’il doit rester 1:7. Pour revenir à nos attentes, j’estime qu’il faut revaloriser le métier des ouvriers (tradesmen) dans la Fonction publique. J’insiste aussi pour que les fonctionnaires bénéficient des facilités hors taxe de 100 % surtout avec les voitures hybrides.

Le PRB existe depuis près d’une quarantaine d’années. Quelles sont selon vous ses forces et ses faiblesses ?
Je dirais que l’une des forces du PRB est qu’il peut réviser régulièrement les salaires et les conditions de service des fonctionnaires. Ce qui est un garant de la stabilité dans la fonction publique. Mais cela n’empêche que le PRB a aussi ses faiblesses. L’une d’elles, c’est que, même si on dit que c’est un organisme indépendant, à mon avis, je pense qu’il n’est pas complètement indépendant vu qu’il tombe sous la tutelle du ministère de la Fonction publique. J’aurais souhaité que le PRB soit vraiment indépendant comme c’est le cas pour le Bureau de l’Audit.  L’autre grande faiblesse de cet organisme, c’est que ses rapports traînent toujours derrière eux des anomalies et l’ironie veut que ce soit ce même organisme qui doive corriger ces anomalies.

Êtes-vous en faveur d’une refonte en profondeur du PRB ?
Je suis en faveur d’une refonte en profondeur du PRB. Comme je l’ai dit, il doit être indépendant et son indépendance doit être garantie dans la Constitution. Je pense aussi qu’il doit aussi préparer son rapport en se basant sur un rapport découlant au préalable des négociations collectives entre le gouvernement et les syndicats, notamment sur les conditions de travail. Je regrette qu’à ce jour, il n’y a pas de négociations collectives dans la fonction publique sur les conditions de travail malgré que cela fait partie intégrante des législations du travail. Comme je l’ai dit, il faut abolir les Option Forms et donner la possibilité aux fonctionnaires de contester les recommandations qu’ils estiment être à leur détriment. Cela dit, je suis en faveur de la mise en place d’une instance d’appel. Il ne faut pas oublier que 85 000 fonctionnaires sont concernés par le rapport du PRB. 

De quelle instance d’appel ? Soyez plus explicite ?
Je veux dire la remise sur pied d’un Civil Service Arbitration Tribunal pour se pencher sur les contestations des fonctionnaires. Je dois souligner qu’à plusieurs reprises, le PRB a tenté de justifier sa décision de venir avec telle ou telle recommandation, malgré les protestations des fonctionnaires. J’ai déjà envoyé une lettre à cet effet au gouvernement.

Force est de constater que rapport après rapport, plusieurs recommandations du PRB ne sont pas mises en pratique. Que préconisez-vous ?
C’est vrai que plusieurs recommandations du PRB ne sont pas mises en pratique Je cite, entre autres, la création des nouveaux postes et il semble que les responsables de la Fonction publique n’ont pas de comptes à rendre. Cela dit, j’estime que le PRB doit imposer des délais pour la mise en application de ses recommandations.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !