Actualités

Rabindranath Tagore Institute : on veut la tête de l’Officer-in-Charge

Ça chauffe au Rabindranath Tagore Institute (RTI). Soupçons de maldonne et accusations fusent contre la direction et des messages de dénonciations atterrissent dans la presse. L’Officer-in-Charge (OIC) du RTI est visé. Un General Worker de l’institution s’est plaint auprès du ministère du Travail de ne pas avoir reçu de promotion alors qu’il avait assumé l’intérim au poste de jardinier pendant neuf ans. Furieux d’avoir été évincé, l’ouvrier a contesté la décision de la direction du RTI. Une réunion était prévue le 8 août 2019 au ministère, mais elle se tiendra ultérieurement.

Toutefois, les langues se délient au RTI. Des messages anonymes circulent même dans la presse concernant la direction du RTI qui tombe sous la responsabilité du MGI. C’est l’OIC Pavitranand Ramhota qui est visé. Il est aussi montré du doigt pour la non-nomination d’autres employés. Les messages disent qu’il aurait démissionné de son poste. Dans les couloirs du RTI, d’autres accusations fusent et atterrissent dans la presse.

« Faux », affirme Pavitranand Ramhota, disant qu’il ne démissionne pas. Il confirme qu’il y a eu des contestations après les promotions et les nominations mais il assure que les institutions appropriées s’en chargent. Parlant du General Worker, il explique que celui-ci a assuré l’intérim au poste de jardinier durant neuf ans et qu’il a perçu des allocations. Finalement, il n’a pas été promu. L’OIC explique qu’un avis a été affiché pour ce poste et que des entretiens ont eu lieu. Les dénonciateurs reviendront à la charge après avoir rassemblé des preuves.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !