Faits Divers

Quatre noyades en une semaine

Cas Noyade

La semaine a été marquée par quatre noyades. Samedi, Ramsamy Peramallee, 71 ans, a péri noyé à Flic-en-Flac.

Mardi, le cadavre de Pillay Armoorgum, 41 ans, a été repêché dans une cascade à Vallée-des-Couleurs. Mercredi, Tetree Gopaul, 84 ans, a trouvé la mort dans un lac à Montagne-Blanche. Quant à Deven Rajbahadur, 35 ans, il a connu le même sort, jeudi à Mahébourg. Tous, appréciés par leurs proches, laissent un grand vide auprès de leurs familles, en ce début d’année 2019.

Une sortie familiale qui vire au drame

RamsamyRamsamy Peramallee, 71 ans, connu aussi comme Gopal, voulait réunir toute sa famille en ce début d’année. À cet effet, il avait organisé une sortie familiale en mer à Flic-en-Flac, le samedi 5 janvier. Mais le destin a voulu que ce soit la dernière sortie pour ce chef de famille. Gopal  s’est noyé après s’être retrouvé en difficulté en mer.

À la rue Cantin, Vacoas, la joie a laissé la place aux pleurs. Gopal, 71 ans, père de deux filles, prévoyait de souffler ses 72 bougies le vendredi 11 janvier et avait à cœur de se retrouver autour de lui toute sa famille le 5 janvier. « Il se faisait une joie d’être avec nous tous », nous dit Vikram, le gendre de la victime. Pour réaliser son rêve, toute la famille était invitée. « Gendres, enfants et petits-enfants étaient très contents d’aller fêter en famille cet événement au bord de la mer. Nous nous y sommes rendus à bord d’un van pour être sûr de pouvoir s’amuser. C’est avec beaucoup de plaisir que nous l’avons fait », nous dit-il.

Vers 14 heures, ils ont déjeuné. « Mon beau-père a passé un bon moment avec ses frères, puis nous sommes rentrés dans l’eau. Nous avions tous les yeux rivés sur lui », poursuit Vikram. « L’eau lui arrivait jusqu’aux genoux », ajoute-t-il. Puis, il y a eu ce moment fatidique. « Un ballon a été emporté par l’eau de mer et un oncle s’est précipité pour le rattraper. Nous avons suivi celui-ci du regard. De son côté, mon beau-père, à cet instant, a disparu sous l’eau. Lorsque nous l’avons retrouvé , il flottait déjà à la surface de l’eau. Cela s’est passé tellement vite », nous dit-il.

Le corps de Gopal Peramallee a été ramené sur la plage. « Un médecin sur place a effectué un massage et l’a examiné, mais mon beau-père n’a jamais repris connaissance. »

L’autopsie a révélé qu’il a succombé à une asphyxie due à la noyade. « Il va tous nous manquer. C’était une personne tellement gentille », nous dit son gendre. Les funérailles ont eu lieu dimanche.

Partie prier, Tetree Gopaul, 84 ans, périt dans un lac

Le drame a également frappé la famille Gopaul, qui habite Sans-Souci, à Montagne-Blanche. Tetree Gopaul, 84 ans, la doyenne de la famille, est partie de la maison, mercredi, pour se rendre à Grand-Pont, dans la localité, pour prier. Cependant, l’octogénaire s’est retrouvée dans l’eau du lac et s’est noyée.

« C’est un grand drame pour la famille », nous dit Shekar Gopaul, un des fils de la victime. Celle-ci, mère de sept enfants, se faisait du souci, depuis quelque temps, pour l’un de ses fils, Soodesh Gopaul, établi en France et qui exerce comme avocat. « Mon frère souffre d’un handicap, mais il a cependant pu tracer sa voie comme avocat. Lui et ma mère étaient très proches », nous dit son fils.

Pour ses vacances, son jeune fils avait l’habitude de faire le voyage pour être auprès d’elle, mais en 2018, il ne l’a pas fait. « Dès que mon frère avait du temps libre, il venait à Maurice pour être avec la famille. Il habite le Ve arrondissement de Paris et, avec les problèmes des gilets jaunes, cette fois-ci, il n’a pu faire le déplacement. Cela avait profondément attristé  ma mère », poursuit Shekar.

Aux dires de ce dernier, sa mère avait un problème de santé. « Elle perdait souvent connaissance », révèle-t-il. Et mercredi, seule la vieille dame s’est rendue à Grand-Pont. « C’est un lieu où on a l’habitude de faire des prières. Elle s’y est rendue afin de prier pour mon frère. » Le corps de Tetree Gopaul a été, par la suite, repêché dans le lac par les éléments du GIPM.

« Lorsque nous nous sommes rendus sur les lieux, nous avons vu les savates de ma mère sur les escaliers menant au lac. Je crois qu’elle a dû perdre connaissance et tomber dans l’eau. D’autant plus que ce jour-là, elle n’avait rien mangé. Mon frère a été anéanti, lorsque je lui ai appelé en France pour lui annoncer la terrible nouvelle », nous dit Shekar.

Il trouve la mort en voulant admirer une cascade

PillayPillay Armoorgum, 41 ans, qui travaillait comme laboureur à La Vallée des Couleurs, Chamouny, est parti sur la pointe des pieds. Jeudi après-midi, le quadragénaire, aussi appelé Ganessen, était sur son lieu de travail, quand il a voulu voir la cascade Chamouse, qui se trouve également sur la propriété. Nul ne pouvait imaginer que le malheur allait le frapper. Il a été repêché sans vie dans l’eau de la cascade.

Pushpa, 68 ans, la mère de la victime, est atterrée. Son fils vivait avec elle. Ses habitudes et sa gentillesse vont lui manquer. « Il se réveille tôt et à 8 heures du matin, il est déjà parti pour le travail », nous dit-elle au bord des larmes. Cela fait déjà un bon moment que cet habitant de Surinam exerce comme laboureur à La Vallee des Couleurs. « Il adorait son travail », dit-elle.

Mardi, sa mère, se souciant de son bien-être, lui a dit qu’elle allait lui préparer à manger, mais il n’a pas voulu. « Je lui ai alors dit d’acheter quelque chose à manger pour qu’il puisse travailler », se souvient-elle. Si d’habitude, vers 18 h 30, Ganessen était déjà de retour à la maison familiale, jeudi, tel n’a pas été le cas. à la place, sa mère a été confrontée à une terrible nouvelle.

Aux dires d’un collègue de la victime à la police de Chemin-Grenier, vers 10 h 30, alors qu’il était près de la cascade Mare Anguille sur la propriété, Ganessen est venu le voir. « Il m’a informé qu’il allait admirer la cascade Chamouse », a-t-il affirmé. Toutefois, quelques minutes plus tard, il a entendu son ami crier, réclamant de l’aide. Il s’est précipité rapidement sur place et a vu Ganessen en difficulté. « Je lui ai lancé une bouée, mais il n’a pu s’y agripper. Puis, il a sombré sous l’eau », a relaté ce témoin occulaire. Il s’est jeté à l’eau pour lui porter secours et il a pu retirer son corps de la cascade. À l’arrivée du Samu, on a constaté que le laboureur avait déjà rendu l’âme.

La mère de la victime ne s’explique toujours pas comment ce drame a pu se produire. « Mon fils savait pourtant nager », lache-t-elle, la voix remplie d’émotion. L’autopsie a conclu à la noyade.

Un Mahébourgeois trouve la mort dans une rivière

Le corps sans vie de Deven Rajbahadur, 35 ans, un habitant de Mahébourg, a été repêché de la rivière Tombeau, à Mahébourg, jeudi. Le jeune homme était sorti avec des amis, mais ce qui devait être un moment de détente s’est terminé en tragédie. La victime nageait quand il s’est retrouvé en difficulté. Les gardes-côtes ont été alertés. Le corps de Deven Rajbahadur a été repêché, mais il était déjà trop tard. L’autopsie pratiquée dans la soirée a révélé que la victime a succombé à une asphyxie due à  la noyade.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !