Faits Divers

Quatre morts à Mapou : l’insoutenable douleur des proches des disparus

Les mots leur manquent pour décrire la détresse qui les tenaille depuis l’annonce de la terrible nouvelle. Chez les Jeeneeah et les Nulliah à Plaine-des-Papayes, tout comme chez les Ruhomally à Vallée-des-Prêtres ou encore chez les Boodhoo à Fond-du-Sac, la même douleur se lit sur les visages. Ci-dessous leurs témoignages…

Le caporal Jayraj Boodhoo tenant un portrait de son fils qui était policier.
Le caporal Jayraj Boodhoo tenant un portrait de son fils qui était policier.

Il n’aura fallu que quelques secondes pour que sa vie bascule. Shalina, la mère de Kushal Anand (Adarsh) Jeeneeah, est anéantie. Assise dans son salon, à Bois-Mangues, Plaines-des-Papayes, Shalina a la regard rempli de tristesse. Proches, amis et voisins sont venus présenter leurs condoléances. Sous le choc, ils n’arrivent pas à trouver les mots justes pour essayer de réconforter cette mère qui perd son fils aîné. Shalina ne peut pas non plus s’exprimer. C’est Subhi, l’oncle d’Adarsh, qui accepte de se confier au Défi Quotidien.

Il explique que son neveu, qui était cuisinier, avait quitté la maison lundi vers 16 h 30 pour aller travailler à l’hôtel. « En rentrant aux petites heures mardi, Adarsh a récupéré ses amis qui l’attendaient pour les déposer chez eux. Mais le malheur a frappé », raconte Subhi.

Les funérailles de Desigen Nulliah ont eu lieu mardi après-midi.
Les funérailles de Desigen Nulliah ont eu lieu mardi après-midi.

Adarsh, poursuit-il, avait des rêves plein la tête. « C’était un bosseur. Il travaillait à l’hôtel depuis un an et demi. Il aimait aussi les voitures. Il avait acheté sa BMW il y a un an. Sa mère et son frère de 18 ans sont bouleversés. Son père est à l’étranger. Il rentre au pays ce soir (mardi ; NdlR) », explique l’oncle. Il ajoute que son neveu rêver d’avoir son propre restaurant.

Suraj (34 ans) n’arrive pas à croire que son cousin Adarsh a quitté ce monde dans des circonstances aussi atroces. « Nous avons grandi ensemble. Il était jovial. On le perd le jour du Sakranti. Nous avions prévu de prier ensemble et le week-end suivant, la famille devait se réunir. Ce sera dur pour nous », dit-il.

« C’était une perle »

Desigen Nulliah laisse derrière lui une famille meurtrie.
Desigen Nulliah laisse derrière lui une famille meurtrie.

À quelques mètres de là, chez les Nulliah, l’atmosphère est tout aussi pesante. Sivalingum, le père de Desigen (22 ans), explique que c’est vers 4 heures qu’un voisin l’a appelé pour lui dire que son fils avait été impliqué dans un accident. « Il était sorti avec ses amis. Je ne sais pas où il se rendait. Je perds mon fils unique. Il voulait faire des études supérieures », pleure Sivalingum.

Kannen (51 ans), l’oncle de Desigen, ne peut contenir ses larmes. « Li ti apel mwa papa mem. Il croquait la vie à pleines dents. Il était apprécié de tous. Après ses études secondaires, il a rejoint le MITD. Il ne travaillait pas. On le perd en plein jeûne du Cavadee. Il nous donnait toujours du coup de main pour les préparatifs. C’était un bon vivant. Il passait son temps libre à jouer de la guitare. C’était une perle », dit Kannen.

Yuvraj, ami de Desigen et d’Adarsh, dit avoir perdu deux frères d’armes.
Yuvraj, ami de Desigen et d’Adarsh, dit avoir perdu deux frères d’armes.

Yuvraj, ami de Desigen et d’Adarsh, perd deux frères d’armes : « Ce sera difficile pour moi de m’en remettre. Adarsh, Desigen et moi fréquentions le même collège. Nous étions comme des frères. » Les funérailles de Desigen ont eu lieu mardi après-midi. Celles d’Adarsh Jeeneeah sont prévues ce mercredi après-midi.