Faits Divers

Quatre morts dans un accident à Mapou : la vitesse mise en cause

Scène effroyable sur la route de Mapou aux petites heures le mardi 15 janvier. Une BMW a fait une violente sortie de route avant de terminer sa course contre un arbre et de prendre feu.

Kushal Anand Jeeneeah (23 ans), Raj Kamal Boodhoo (24 ans), Desigen Nulliah (23 ans) et Yushriya Bibi Ruhomally (25 ans) se sont retrouvés prisonniers des flammes. Ils n’ont pas survécu. À ce stade de l’enquête, la police attribue l’origine du drame à la vitesse.

Les quatre amis avaient, selon les proches, organisé une sortie. C’est sur le chemin du retour que ces jeunes, habitant Plaine-des-Papayes, Fond-du-Sac et Vallée-des-Prêtres, ont connu une fin atroce. Kushal Anand (Adarsh) Jeeneeah, un cuisinier, était au volant de la BMW dans laquelle avaient pris place le constable Boodhoo, affecté au poste de police de Pointe-aux-Canonniers, Desigen Nulliah, un étudiant du Mauritius Institute of Training and Development, et Yushriya Ruhomally, une sage-femme à l’hôpital Dr A. G. Jeetoo. Ils étaient loin de se douter qu’ils avaient rendez-vous avec la mort.

Adarsh Jeeneeah, un cuisinier,  était au volant de la voiture.
Adarsh Jeeneeah, un cuisinier,
était au volant de la voiture.
Desigen Nulliah étudiait au Mauritius Institute of Training and Development.
Desigen Nulliah étudiait au Mauritius Institute of Training and Development.

C’est à 1 h 04 que l’alerte a été donnée. Une voiture du poste de police de Piton est arrivée sur le lieu du drame en premier. La BMW s’était, elle, déjà transformée en brasier. Les sapeurs-pompiers de Piton ont aussitôt informés. Au bout de quelques minutes, ils ont maîtrisé l’incendie.

Mais le constat était accablant : pompiers et policiers ont découvert quatre cadavres calcinés dans ce qui reste de la berline. Ils ont dû découper le véhicule pour extirper les corps. Ceux-ci ont été transportés à la morgue de l’hôpital SSRN à Pamplemousses.

Le personnel médical et la police ont eu du mal à identifier les victimes dans un premier temps. L’identité des trois hommes a ensuite pu être établie. La voiture était, elle, enregistrée au nom d’Adarsh Jeeneeah. La jeune femme a été identifiée dans la matinée de mardi.

Yushriya Ruhomally était sage-femme à l’hôpital Jeetoo.
Yushriya Ruhomally était sage-femme à l’hôpital Jeetoo.
Kushal Boodhoo, policier affecté  au poste de Pointe-aux-Canonniers.
Kushal Boodhoo, policier affecté
au poste de Pointe-aux-Canonniers.

Le Dr Sudesh Kumar Gungadin, chef du département médico-légal de la police, et son second, le Dr Maxwell Monvoisin, ont pratiqué l’autopsie mardi matin à la morgue de l’hôpital Dr A. G. Jeetoo. Les trois jeunes hommes sont morts asphyxiés. La jeune femme a succombé à ses multiples blessures. Des prélèvements ont été faits sur les victimes puis envoyés au Forensic Science Laboratory pour des analyses.

Selon l’assistant commissaire de police Kishore Dawoonarain, Divisional Commander du Nord, la vitesse pourrait être à l’origine de ce terrible accident. « Toutes les unités de la police ont été mobilisées après ce drame. L’impact avec l’arbre indique que la voiture roulait à vive allure. Le réservoir à essence a été endommagé. Ce qui a pu provoquer l’incendie. La voiture a explosé. Cela n’a pas été facile d’extirper les cadavres de la voiture. Nous devons à présent visionner les caméras de surveillance des alentours pour en savoir un peu plus », a affirmé le haut gradé.

Louis José Chung Foo, du Mauritius Fire and rescue Service : « Il suffit que l’essence soit en contact avec une source de chaleur… »

La voiture en flamme quelques minutes après l’accident.
La voiture en flamme quelques minutes après l’accident.

Les sapeurs-pompiers de Piton, menés par le Station Officer Rambarrun, étaient sur le lieu de l’incendie. Louis José Chung Foo, Acting Divisional Officer du Mauritius Fire and Rescue Service, était lui aussi sur place. « La collision avec l’arbre a été d’une telle violence que l’essence s’est répandue. Dans ces conditions, il suffit que le carburant soit en contact avec une source de chaleur pour que le feu se déclenche. L’équipe a maîtrisé l’incendie en quelques minutes, mais nous ne savions pas qu’il y avait des occupants », précise-t-il.

Bilan : un mort de plus qu’en 2018
Depuis le début de l’année 2019, il y a eu cinq accidents fatals et huit morts. À cette même période l’année dernière, selon la police, il y avait eu six accidents fatals qui avaient fait sept morts.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !