Actualités

Quatre ans de L’Alliance Lepep : l’heure du bilan

Bilan quatre ans de L’Alliance Lepep

Le 11 décembre 2014, le peuple élisait l’Alliance Lepep en promettant de rompre avec les mauvaises pratiques de l’ancien gouvernement et de diriger le pays autrement. Si les promesses figurant dans le manifeste électoral ont plu aux électeurs qui ont plébiscité cette alliance contre un tandem dit « de choc » que représentait le PTr/MMM, il n’en demeure pas moins que ce gouvernement a soufflé le chaud et le froid. Tantôt arrivant à imposer des mesures contre vents et marées, comme le Metro Express, tantôt reculant sur plusieurs sous la pression de l’opposition. Un clin d’œil pour en juger.

Démocratie et bonne gouvernance

Les plus

Parlement

Réforme électorale

Qu’il y ait consensus ou pas, le gouvernement de Pravind Jugnauth aura tout de même le mérite d’être le premier à avoir présenté un projet de loi en ce sens à l’Assemblée nationale. Si plusieurs propositions du gouvernement ont fait l’objet de vives contestations, celles visant à assurer une meilleure représentativité féminine au Parlement ainsi que l’élimination de la déclaration de l’appartenance ethnique pour les candidats prenant part aux élections générales ont tout de même été bien accueillies.

Les débats parlementaires en direct

Devenue réalité depuis 2017, cette mesure peut être considérée comme « une petite révolution démocratique ». Longtemps réclamée par l’opposition, la retransmission des travaux parlementaires en direct permet à la population de se faire une meilleure idée de la qualité de leurs représentants au Parlement. 

Declaration of Assets

Après avoir longuement entretenu le flou sur la présentation d’une loi sur la déclaration des avoirs au Parlement, le Declaration of Assets Bill a finalement été inscrit à l’ordre du jour des débats parlementaires. Si certains projets de loi ont soulevé plusieurs contestations, il est à souligner que le Declaration of Assets Bill provoque moins d’hostilités du côté de l’opposition. Le Mouvement Militant Mauricien (MMM) a d’ailleurs signifié son intention de voter en sa faveur.

Financement des partis politiques

Beaucoup des propositions formulées par le gouvernement peuvent être considérées comme étant des game changer dans le fonctionnement des partis politiques. Les pouvoirs additionnels prévus pour être attribués à l’Electoral Supervisory Commission (ESC) permettront à cette institution d’inspecter les comptes et d’enquêter sur les finances des formations politiques, sans compter que cette commission sera aussi en mesure de recommander des actions judiciaires si la loi n’est pas respectée. Si le Parti travailliste (PTr) ainsi que le Parti Mauricien Social-Démocrate (PMSD) s’interrogent sur la précipitation entourant cette loi, le MMM a, pour sa part, salué l’initiative comme étant « un pas en avant ».

Les moins

Tribunal

Nominations politiques à outrance 

Le gouvernement aura beau justifier les nominations qui ont été approuvées dans diverses institutions d'État, le fait est que les engagements pris par l’Alliance Lepep lors de la campagne électorale 2014 n’ont pas été respectés. Plusieurs des nominés politiques se sont révélés être les fils, cousins, beaux-frères, nièces, cousines, gendres, épouses des ministres et députés, sans compter des agents du Mouvement Socialiste Militant (MSM) et du Muvman Liberater (ML).

La Freedom of Information Act se fait attendre

Bien que faisant partie des promesses électorales du gouvernement, la loi sur le droit à l’information n’est toujours pas une réalité et les déclarations faites, que ce soit par l’Attorney General ou le Premier ministre, laissent entrevoir qu’une telle loi n’est pas une priorité. Tout comme Navin Ramgoolam, le Premier ministre Pravind Jugnauth a aussi évoqué les complexités créées par l’élaboration d’une telle loi. On a, en sus, eu droit au non dévoilement de plusieurs rapports, notamment l’accord signé entre l’Inde et Maurice autour du développement d’Agaléga. 

Judicial and Legal Provisions Act

Le gouvernement a eu toutes les peines du monde à convaincre l’opinion publique sur le bien-fondé de cette loi qui vise à réglementer les activités des internautes sur les réseaux sociaux. L’Attorney General aura beau expliquer que cette loi vise notamment à protéger les mineurs sur les réseaux sociaux, pour plusieurs observateurs, en revanche, il s’agit ni plus ni moins d’une mesure visant à museler la liberté d’expression.

Renvoi des élections villageoises

Une véritable entorse à la démocratie. C’est en ces termes que l’opinion publique et l’opposition ont qualifié le renvoi des élections villageoises qui étaient censées se tenir en décembre 2018. À travers des amendements apportés à la Local Government Act, les élections ont, au final, été renvoyées à 2020. 

Octroi de licence aux radios privées dans l’opacité

16 ans après le premier exercice d’octroi de licence aux radios privées, force est de constater que l’exercice réalisé en 2018 est en complète contradiction avec les normes de bonne gouvernance et de transparence. C’est dans l’opacité la plus totale que les auditions des candidats ont été réalisées… sans compter que les deux promoteurs gagnants sont des proches du pouvoir !

Pitch Venkatassamy de Think Mauritius : « Le peuple avait voté pour l’Alliance Lepep car il en avait ras-le-bol des agissements de l’ancien Premier ministre mais on constate que le Gouvernement actuel est en train de faire pire. On constate qu’il n’y a, par exemple, pas de consultation de la population en ce qui concerne les projets importants ».

Lutte contre la corruption - Icac : une soixantaine de condamnations

Navin

De 2014 à 2018, la Commission anticorruption (Icac) a connu pas mal de chamboulements : trois directeurs généraux, un déménagement, une évolution drastique des enquêtes, sans oublier la condamnation de Pravind Jugnauth en première instance et l'affaire Bal Kuler. 

En juillet 2016, Navin Beekharry a signé son grand retour à la tête de la commission et il n’est pas allé de main morte. Une soixantaine de condamnations ont été prononcées par la justice par rapport aux dossiers déposés par l’Icac à la suite des enquêtes durant ces quatre dernières années.

En moyenne, 1 700 plaintes ont été enregistrées par an depuis 2015. Une quinzaine de condamnations a eu lieu chaque année, entre 2014 à ce jour. Si le combat contre le trafic de la drogue était auparavant l’affaire de l’Adsu, la commission anticorruption y a apporté son grain de sel en s’attaquant au blanchiment d’argent lié au trafic de drogue. Alors que le montant total de ses saisies était de Rs  6 millions en décembre 2015, ce chiffre est passé à Rs 246 M pour la période de juillet 2017 à juillet 2018. 

Cette stratégie a été adoptée dans le sillage d’une transition prévue pour 2019. Il est prévu que l’Icac devienne la Financial Crime Commission.

Les couacs

Sobrihno : Le ‘contact point’ mauricien toujours attendu

Alors que l’audition d’Alvaro Sobrihno, homme d’affaires angolais, a bel et bien eu lieu au mois d’août, ce pendant presque une semaine, la suite de l’affaire n’a pas connu de grand développement jusqu’ici. Du moins, il n’y a pas eu des informations communiquées dans cette affaire qui avait poussé l’ancienne présidente de la République à la démission. Alvaro Sobrihno a convaincu l’Icac qu’il a agi dans la légalité et qu’il ne compte rien faire pour ternir son image d’homme d’affaires de renom international.

Youshreen Choomka

Même après plusieurs interrogatoires, l’enquête de l’Icac sur une allégation de pot-de-vin, impliquant l’ancienne présidente de l’Independent Broadcasting Authority (IBA), n’a pas abouti. Du moins pas d’inculpation, même si des témoins ont participé à des reconstitutions des faits, confirmant des rencontres entre des investisseurs étrangers et Youshreen Choomka. L’Icac accuse l'avocate de trafic d’influence et d'avoir reçu des milliers de dollars auprès d'un des investisseurs, Dr Soo Song Lee. Elle avait expliqué qu’il s’agissait de ses honoraires. Mais cela n'avait pas pas convaincu l'Icac. Car pour cette institution, c’était pour faciliter la tâche des investisseurs pour l’obtention de contrats pour un Power Purchase Agreement avec le Central Electricity Board.

Les projets prometteurs

Metro express

Les travaux ont débuté en janvier et en novembre, le contracteur a posé le premier rail. Ce projet, qui avance à grande vitesse, sera prêt à temps, souligne le gouvernement. Toutefois, quelques couacs sont survenus lors des travaux à Rose-Hill. Un tuyau de la Wastewater Management Authority avait été endommagé. Les tumultes de la rue Sir Virgil Naz ont débouché sur une mise en demeure servie par les habitants et commerçants au contracteur.

Travaux routiers

Pour rendre plus fluide l’entrée de Port-Louis, l’autopont de Decaen a été mis en opération il y a deux semaines. Si les travaux de nivellement du terrain pour accommoder l’échangeur de Phœnix sont complétés, la construction du pont de Sorèze débutera bientôt. Plusieurs travaux d’agrandissement de routes sont en bonne voie et la nouvelle route qui reliera La-Vigie/La Brasserie/Beaux-Songes sera bientôt en construction. Il faudra aussi compter sur l’échangeur de Hillcrest à Sodnac qui vise à décongestionner la route St-Jean.

Eau 

Remplacement de tuyaux et rénovation de certaines stations de traitement d’eau. L’eau 24/7 est en bonne voie. Sauf que lors des grosses pluies, les vannes sont fermées à cause de la boue. Le gouvernement annonce la fin des travaux de remplacement des tuyaux dans les basses Plaines-Wilhems vers le début de 2019. En sus, les travaux de la station de traitement du Bagatelle Dam ont commencé au début de l’année et il sera opérationnel avant les prochaines élections.

Électricité 

Turbines à gaz et 11 centrales photovoltaïques. C’est ce que prévoit le gouvernement pour rendre le réseau plus vert. 

Des controverses ayant entaché le GM

Affaire medpoint

C’est le 15 janvier 2019 que le cas de Pravind Jugnauth dans l’affaire du rachat de la clinique MedPoint sera entendu au Privy Council. Il s’agit d’un boulet que le PM traîne depuis 2011. Pravind Jugnauth avait été acquitté par la Cour Suprême après avoir été condamné à un an de prison .Le DPP a décidé de faire appel du jugement devant le Privy council.

Propos contestés 

Déchu de son poste de No 4 du gouvernement pour avoir tenu des propos discriminatoires contre une section de la population dans un exercice d’allocation d’appartements de la NHDC, Showkutally Soodhun a été formellement accusé par le DPP d’avoir violé l’article 77 du Code pénal. Une accusation formelle d’abus de pouvoir a été logée contre lui.

Photos obscènes au parlement

Le député de la circonscription Montagne-Blanche/Grande-Rivière-Sud-Est (no 10), Kalyan Tarolah a défrayé la chronique en septembre 2017, pour avoir envoyé des photos obscènes à travers WhatsApp, alors qu’il se trouvait à l’Assemblée nationale. Le DPP a, dans un communiqué émis le 30 novembre, statué qu’il appartient à la Speaker de l’Assemblée nationale de trancher sur le sort du député.

Une ministre contrainte à la démission

L’élue de Port-Louis Sud/Port-Louis Centre (no 2) n’aura finalement pas fait long feu comme ministre de l’Égalité des genres. Après avoir prêté serment en novembre 2016, elle a été contrainte à la démission en juillet 2018, après que son nom a été mentionné dans le rapport de la commission d’enquête sur la drogue pour avoir notamment rendu des visites non sollicitées à des trafiquants de drogue. Elle a entre-temps entrepris des actions légales pour laver son honneur.

Rencontre avec des trafiquants de drogue

Sanjeev Teeluckdharry a, tout comme Roubina Jadoo-Jaunbocus, été contraint à la démission de son poste de Deputy Speaker après avoir été blâmé par la commission d’enquête sur la drogue. Il lui est reproché d’avoir rencontré plusieurs trafiquants de drogue sans avoir été sollicité.

Accusé d'avoir giflé un photographe

Il a jusqu’ici pu conserver son poste de ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance, mais Sudhuir Sesungkur fait actuellement face à une enquête du Central Criminal Investigation Department (CCID).Il lui est reproché d’avoir giflé un photographe lors d’un mariage dans sa circonscription le 22 juillet. 

Affaire bal kouler

L’ancien ministre de l’Environnement fait face à une accusation de corruption dans l’affaire Bal Kouler. Il a été prié de démissionner de son poste de ministre par l’ancien Premier ministre, sir Anerood Jugnauth (SAJ) en 2016. L’affaire est en cours.

Prêt bancaire en euro

Bien que le DPP ait fait ressortir en mars 2017 qu’il n’existe aucune preuve pour établir un délit sous l’article 9 de la Prevention of Corruptin Act- Influencing public official, Vishnu Lutchmeenradioo s’est retrouvé en pleine crise dans l’affaire de prêt bancaire contracté auprès de la State Bank of Mauritius (SBM). Cette affaire lui a, par la suite, coûté son poste de Grand Argentier et s’est retrouvé aux Affaires étrangères. 

Jocelyn Chan Low : « C’est le résultat d’une alliance qui a été concrétisée à la toute dernière minute. Il n’y a pas eu de filtrage des candidats. Il ne faut aussi pas oublier qu’il y a une étiquette d’affairiste qui colle sur le MSM depuis les années 80. Toutes ces démissions démontrent finalement un problème de leadership et ce, malgré le fait que le Premier ministre ait tenté de gérer ces différentes crises »

Drogue : l'interminable combat

Drogue

Dans son manifeste électoral, présenté en novembre 2014, le gouvernement avait annoncé comme étant une de ses 12 priorités : instituer une commission d’enquête sur la drogue pour en finir avec la mafia. Un bilan plus au moins satisfaisant, dixit Kunal Naik, chargé de plaidoyer chez Pils. 

Positifs

Commission et task force

Mise sur pied en juillet 2015, la Commission d’enquête sur la drogue a débuté ses travaux le 4 novembre de la même année. Après plus de deux ans d’audition, l’ancien juge Paul Lam Shang Leen a soumis un rapport de 260 pages. Par la suite, le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a institué une Task Force pour faire le suivi des recommandations de la Commission.

Saisies

C’est dans la nuit du 9 mars 2017 que les limiers de la Customs Anti-Narcotics Section (Cans) et ceux de l’Anti-Drug ans Smuggling Unit (Adsu) avaient procédé à la saisie de 135 kilos de poudre blanche estimés à plus de Rs 2 milliards. La drogue était dissimulée dans des compresseurs. L’homme soupçonné derrière cette importation record de drogue est Navind Kistnah. 

Une deuxième saisie de 110 kilos d’héroïne a eu lieu le 29 octobre dernier, au large du Coin-de-Mire. Au départ, les limiers étaient sur la piste d’un petit trafiquant de cannabis sur l’île Plate. Les trois occupants du ‘speed boat’, en l’occurrence Oomar Karrimbaccus (51 ans), Hemsley Jean-Pierre (35 ans) et Jean-Michel Rosette (33 ans), ont été arrêtés. 

Acquisitions et mesures Pour mieux combattre ce fléau

Trois nouveaux scanners seront installés dans les lieux stratégiques incessamment à l’aéroport de Plaisance. La douane veut empêcher toute entrée et sortie de drogue dans le pays. La National Coast Guard (NCG) fera bientôt l’acquisition d’une dizaine de Fast Interceptor Boats (FIB). En sus, une Flying Squad a été mise sur pied pour vérifier et surveiller de grands navires. La force policière fera bientôt l’acquisition de plusieurs équipements afin de pouvoir faire des tests sur des automobilistes qui consomment de la drogue. 

Negatifs

La drogue synthétique frappe fort

Les travailleurs sociaux et les recteurs des collèges ne cessent de tirer la sonnette d’alarme. Selon leurs dires, la drogue synthétique prend le dessus sur les autorités. Ces drogues synthétiques ne cessent de prendre de l’ampleur dans la société et dans les établissements scolaires.  

Disparition de 16 kilos d’héroïne

Où sont passés les 16 kilos d’héroïne de la cargaison de 135 kilos saisis en mars 2017 ? Mis sous scellés dans le bureau de la brigade anti-drogue, ces 16 kilos manquent à l’appel. À l’Hôtel du gouvernement, une décision a été prise pour instaurer un Fact Finding Committee (FFC) présidé par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen pour faire la lumière sur cette affaire.

Des policiers ripoux

Chassez le naturel, il revient au galop. Plusieurs policiers, dont ceux affectés à l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu), ont été épinglés pour des délits de drogue. De Shabeer Golamgouse à Arvind Hurreechun, en passant par Gary Gopaul, plus d’une dizaine de policiers ont été arrêtés ou suspendus de leurs fonctions depuis 2014. 

Un assouplissement des sanctions réclamé

La politique de répression est-elle la solution dans le combat contre la drogue ? La Commission d’enquête sur la drogue, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, de même que les travailleurs sociaux réclament un assouplissement des sanctions, surtout pour les consommateurs de cannabis.

Kunal Naik : « Le GM doit revoir sa politique sur le cannabis »

Si Kunal Naik pense que le travail abattu par le GM en termes de saisies de drogue est « plutôt satisfaisant », il estime qu'il faut mettre plus l'accent sur l'aspect social. « Le programme de méthadone, dit-il, est quelque chose de bien dans le combat contre la drogue. La prévention et la réhabilitation sont primordiales et il faut tout coordonner. » Selon lui, le système éducatif doit être revu. « Aujourd'hui, conclut Kunal Naik, il y a le cannabis médical. Du coup, le GM doit revoir sa politique sur le cannabis ».

Santé publique : la modernisation et l’amélioration des services déjà entamées

Santé

Un bel effort est fait depuis ces quatre dernières années pour améliorer et moderniser le service de santé public. Ce secteur a été dirigé par deux ministres qui, chacun à sa manière, a voulu y apporter sa pierre à l'édifice tout en essayant de mettre à exécution le programme gouvernemental.

Les bases de la réforme annoncé dans le manifeste électoral pour répondre aux attentes de la population ont été jetées. Des investissements massifs ont été faits pour de nouvelles infrastructures et décentraliser certains services afin de diminuer la pression sur les hôpitaux régionaux. 

Divers chantiers sont ouverts, notamment pour la construction d’un nouvel hôpital ENT. Les travaux pour un nouvel établissement pour le traitement contre le cancer devraient commencer au début de 2019. Il y aura aussi le chantier pour le nouvel hôpital à Flacq. Le ministère a ainsi pris le pari de moderniser le service que ce soit au niveau des infrastructures ou au niveau des équipements. Le service de pédiatrie a connu un grand progrès également avec deux départements de Neonatal Intensive Care Unit (NICU) créés à l’hôpital de Flacq et à l'hôpital Dr A. G. Jeetoo. Une Pediatric Intensive Care Unit (PICU) devrait bientôt voir le jour.

Le ministère a aussi compris que toutes ces réalisations marchent de paire avec le recrutement de nouveaux médecins comme le souligne le Dr Vinesh Sewsurn, président de la Medical & Health Officers Association (MHOA). Le président de la Government Medical Consultant in Charge Association (GMCCA), Bhoosun Ramtohul, soutient, lui, que le rétablissement de la distribution de la méthadone en dehors des stations de police a aussi été une bonne chose pour la bonne marche du programme

Mais les deux médecins notent des points noirs au tableaux portant sur le rapport médecin-patient. Selon le Dr Ramtohul, il y a « un manque de planification pour assurer la formation continue de médecins et de spécialistes. » Ce qui fait que dans certains domaines, « il y a des carences ». En dépit des investissements massifs, il y a encore des failles au niveau des équipements de base fait remarquer, le Dr Sewsurn. 

Par ailleurs, la nouvelle loi concernant la transplantation rénale n’a rien apporté de concret jusqu’à présent. La nouvelle législation avait suscité beaucoup d’espoir chez les personnes souffrant d’une insuffisance rénale mais plusieurs mois après le vote du texte de loi au Parlement, rien n’a été fait pour favoriser la transplantation rénale. C’est aussi encore le statu quo concernant l’e-Health.

À un an de l’échéance électorale, il y a encore de nombreux projets en suspens selon le manifeste électoral. Parmi lesquels figure la mise sur pied d’un comité chargé de l’achat des médicaments pour garantir la qualité et éliminer les gaspillages dans les centres de santé. Les patients doivent pour l’heure faire face à des pénuries intempestives. 

À un an de l’échéance électorale, il y a encore de nombreux projets en suspens...

Économie : des avancées stratégiques et infrastructurelles et… des déceptions

La question n’est pas celle du verre à moitié plein ou à moitié vide. Nous sommes dans un contexte du verre... à trois quarts plein. Mais le dernier quart prendra du temps. Le gouvernement, tout en étant conscient des enjeux à moyen et long termes, a tendance à tergiverser sur des dossiers parallèles de moindre importance au détriment du développement général.

Flops

Ministère de l’Agro-industrie : Certes, les difficultés se sont accélérées ces dernières années et le ministère n’a pas été capable de sortir le secteur du gouffre. Concurrence sévère, baisse des prix, centralisation de la vente à travers le Syndicat des Sucres, scandales financiers au sein du Sugar Insurance Fund Board, abandon progressif des terres sous culture de la canne, manque de main-d’œuvre, incapacité à imprimer une réelle stratégie, entre autres, ce sont autant de facteurs qui semblent échapper au ministre et à ses conseillers.

Ministère de l’Économie océanique, des Ressources marines et des Pêcheries : À l’exception de la formation de pêcheurs et d’aides financières, rien n’a été réalisé par rapport aux opportunités potentielles de l’océan. Dans les discours, on ne rate pas une occasion pour mettre en lumière notre Zone économique exclusive de plus de deux millions de kilomètres carrés. Dans la réalité, rien de tangible n’a abouti en termes de rendement. 

PME : Des entrepreneurs regrettent la disparition de la Smeda, organisme qui a été remplacé par SME Mauritius. Force est de constater que plusieurs d’entre eux voient leurs rêves se volatiliser en prenant contact avec des employés de cette entité. Face à une rude concurrence des produits importés de Chine notamment, aux manquements du SME Employment Scheme et des difficultés à obtenir le remboursement des frais de participation dans les foires à l’étranger… les doléances sont multiples. De son côté, en octobre, la Maubank a octroyé Rs 323 millions de prêts à 251 demandeurs. On ne saura pas le nombre exact de PME qui ont obtenu des avances.

Réussites

Financial Services Commission : Après quelques lacunes, notamment dans l’octroi de licence de banque d’investissement, la Financial Services Commission a pu tirer son épingle du jeu. Désormais, Maurice ne figure plus sur une liste noire ou grise en tant que juridiction financière. Dans un rapport publié en novembre dernier, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) indique que, parmi 53 territoires répertoriés, Maurice respecte toutes les exigences internationales de BEPS et ne pratique donc pas de pratiques fiscales dommageables. Plusieurs autres initiatives ont été prises à cet égard, incluant l’annulation de licence pour la catégorie 2 de Global Business, des activités substantielles concernant celles de catégorie 1 et davantage de directeurs résidents à Maurice. On retient aussi la montée du pays dans le classement de la Banque mondiale relatif à la facilité à faire des affaires, passant à la 20e place.

Accords préférentiels : Maurice est le premier pays africain à signer un accord de libre-échange avec la Chine et est en passe d’en parapher un autre avec l’Inde. Pour une quarantaine de pays parmi les 55 États-membres de l'Union africaine, le pays a donné son aval à une zone de libre-échange continentale. Cet accord entrera en vigueur lorsque 22 pays le ratifieront. Ses efforts en matière de diplomatie économique font ressortir la nécessité pour Maurice de mieux s'intégrer à la communauté économique internationale et de travailler avec les autres pays pour parvenir à la réalisation d'objectifs communs. Les efforts visant à améliorer l'accès aux marchés seront valorisés. Les investissements directs (IDE) étrangers ont atteint la barre de Rs 14,2 milliards. L’afflux des IDE dans le secteur de l'immobilier sont en baisse en termes absolus et relatifs, alors que l’afflux de capitaux dans les secteurs des services financiers et de la construction ont plus que compensé la baisse. Avec un meilleur accès au marché des biens et services, les investissements dans le secteur manufacturier et le secteur tertiaire sont appelés à augmenter.

Énergie : Bien que le volume de charbon ait augmenté considérablement dans la fabrication d’électricité, le système photovoltaïque commence à prendre de l'ampleur. En une année, sa part dans la production est passée de 2,6 % à presque 9 %. La raison en est sans doute l’exemption fiscale accordée aux foyers qui a donné un coup de pouce à ce sous-secteur ; bien des Mauriciens y ont trouvé un excellent moyen pour allier économie et écologie. 

Prometteur

EDB : Adieu Board of Investment, Enterprise Mauritius et Financial Services Promotion Agency ! La création de l’Economic Development Board (EDB), comme annoncé dans le Budget 2017/2018, centralise les exercices de promotion du pays en tant que lieu de destination sûr et respecté pour les investissements et les affaires. 

L’expérience et la connaissance des rouages du monde des affaires de François Guibert, le Chief Executive Officer de l’EDB, est un atout de taille pour notre économie. Certes, le nouvel organigramme, les grilles salariales et l’évaluation des performances feront des mécontents car ils mettront fin aux abus et pratiques ayant pris racine dans certains départements et ils limiteront l’influence des politiques dans le recrutement. La composition du conseil d’administration, même décriée, reflète le partenariat et la confiance entre le GM et le secteur privé et est en ligne avec les normes internationales. 

Maurice dispose d’une carte maîtresse. Notre économie fait partie des 20 meilleures destinations d’affaires au monde, fruit des réformes continues aux divers niveaux de l’administration publique. Avec de telles bases, le pays ne peut que progresser…

Banque de Maurice : La Banque centrale est garante de la stabilité des prix et de l’écosystème financier. C’est la rare institution où les nouveaux tenants du pouvoir choisissent un gouverneur en se basant sur ses compétences, sa capacité à gérer des crises.

Avec l’avènement au pouvoir de l’Alliance Lepep, Ramesh Basant Roi a pris le relais à Rundheersing Bheenick. Fin technicien et connaissant les rouages de la Banque centrale, Ramesh Basant Roi et son équipe ont apporté des stratégies qui rapportent gros. Quatre exemples : l’émission d’obligations pour éponger l’excès de liquidités, l’inclusion des bureaux de change pour mieux refléter les recettes touristiques, l’assurance que la politique monétaire soit bien relayée au sein de l’économie et l’accumulation de réserves internationales qui couvrent les besoins du pays pour 10 mois en cas de crise.

La nomination de Yandraduth Googoolye comme Gouverneur est un exercice de continuité car c’est un professionnel respecté. Renganaden Padayachy est désormais le First Deputy Governor, un économiste respecté qui donne une nouvelle impulsion aux politiques monétaires. La nouvelle équipe, comprenant Mahendra Vikramdass Punchoo comme Second Deputy Governor, a maintenu le taux directeur à 3,5 %, privilégiant la croissance. Le National Payment Switch est une réalité. L’émission d’une nouvelle version du billet de Rs 2 000 pour combattre la contrefaçon et le blanchiment d’argent est, sans nul doute, un pas vers une nouvelle génération de billets dont le pays a tant besoin.

Le Week-end FoU FoU FOU