People

PV Création Ltd : Preetam Lallbahadoor, le Jack of all trades

Preetam Lallbahadoor L’entrepreneur se fait aider par sa femme, Veemla et son fils.

Il a appris la couture en regardant les machinistes et les coupeurs de tissus à l’oeuvre à l’usine, où il travaillait comme cadre administratif. Sa curiosité, sa persévérance et sa patience ont fait de lui un homme de succès. Rencontre avec Preetam Lallbahadoor, directeur de PV Création Ltd.

Preetam Lallbahadoor a osé prendre des risques dans sa vie. Envoûté par le brio et la dextérité des machinistes et des coupeurs de tissus à l’usine où il travaillait, il décide de mettre la main à la pâte pour la coupe et la couture. Aujourd’hui, il est à la tête de PV Création Ltd, sa propre entreprise familiale, spécialisée dans la confection d’accoutrements pour hommes, dames et enfants. Parallèlement, pour écouler ses produits, Preetam a ouvert un magasin, PV Fashion Home, situé en face du bureau de poste de Floréal. Différents modèles de chemises, pantalons, shorts et jackets pour hommes ainsi que diverses robes et chemisettes pour dames y sont vendus.

PV Création Ltd brasse large. L’entreprise exécute des commandes taillées sur mesure.  «  Les clients peuvent apporter leurs propres tissus. De plus, nous leur offrons le choix parmi nos différents produits importés  », explique Preetam. Ce dernier ne manque pas de souligner qu’une commande peut être livrée dans un délai maximum de deux semaines. Le prix d’une chemise manches courtes pour hommes est à Rs 350 et Rs 375 pour les manches longues. Les pantalons varient entre Rs 600 et Rs 700 alors que les jackets se vendent à partir de Rs 375. Les produits sont aussi distribués dans d’autres magasins.

Apprendre la couture

L’idée de lancer sa propre entreprise a effleuré l’esprit de Preetam alors qu’il travaillait comme cadre administratif dans une entreprise de textile. Il y a exercé durant une trentaine d’années. Il se souvient qu’à cette époque, il se rendait souvent sur la chaîne de production pour admirer les machinistes et les coupeurs de tissus à l’œuvre. «  J’étais tellement fasciné par leur zèle que j’ai voulu les imiter », confie-t-il. Après le départ des ouvriers, le cadre administratif s’installait sur l’une des machines à coudre pour apprendre la couture avec des morceaux de tissus jetés. Après plusieurs tentatives, grande est sa joie : il parvint à se débrouiller. Si bien qu’il commence à prendre goût à la couture et ne peut plus s’en passer.

Preetam ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. Pour bien maîtriser les travaux de coupe et de couture, il décide de s’acheter une machine à coudre. Et commence à pratiquer chez lui. Petit à petit, la confiance s’installe. Il veut aller plus loin. Dans un premier temps, il achète des pièces de tissus et s’adonne à la fabrication des boxer shorts. Par la suite, il se lance dans la confection de chemises et pantalons. Aujourd’hui, cet ancien cadre administratif d’usine est fier lorsqu’il constate la qualité de ses produits. « C’est difficile de croire que j’ai appris le métier rien qu’en regardant travailler les autres pour pratiquer par la suite. Bref, j’ai appris la couture à travers des trials and errors », dit-il fièrement.

Son rêve a pu se réaliser au prix d’énormes sacrifices, lâche Preetam. Après avoir discuté longuement avec son épouse Veemla et ses enfants, il a investi un peu plus de Rs 200 000 pour lancer l’entreprise. C’est ainsi qu’en 2016, PV Créations et PV Fashion Home ouvrent leurs portes. Cependant, derrière l’image de prestige d’un entrepreneur se cache aussi toutes les difficultés auxquelles il doit faire face. « Si vous n’êtes pas patient, persévérant, muni d’une volonté de fer et capable de franchir tous les obstacles, je ne vous conseille pas d’investir votre argent dans un business  », partage-t-il. 

Soucis

Son premier souci est le manque de main-d’œuvre qualifiée. « Je suis à la recherche d’ouvriers polyvalents. Malheureusement, je n’en trouve pas sur le marché local. Ainsi, j’entreprends actuellement des démarches auprès des autorités pour faire venir des travailleurs étrangers. » Autre gros obstacle : les finances pour les petits et moyens entrepreneurs (PME), avance le directeur de PV Création Ltd. Il souhaite que les autorités allègent les procédures pour l’octroi des emprunts pour le financement des projets des PME.  Il pointe du doigt les longues procédures et les critères, plus ou moins contraignants, avant de pouvoir bénéficier d’un emprunt bancaire.

Pour le développement et l’épanouissement de son entreprise, Preetam reconnaît que tous les membres de sa famille ont dû contribuer. « Je suis tantôt machiniste, tantôt coupeur et je m’occupe des affaires administratives. Mon épouse Veemla s’occupe du magasin. Elle se fait aider par mon fils. »

Si Preetam concède que les foires aident à promouvoir les produits des PME, toutefois il s’insurge contre le fait que les importateurs, qui y participent en tant que PME, n’ajoutent aucune valeur ajoutée à leurs produits. Son souhait est qu’à l’avenir la foire des PME soit réservée uniquement aux PME qui fabriquent leurs propres produits.

« Cela encouragera davantage l’esprit d’entreprise et la créativité mauricienne », conclut-il.