Live News

Publication : le Dr Hassenjee Joomye, fondateur de l’Islamic College, conté par Assad Bhuglah

Assad Bhuglah remettant une copie de son ouvrage au président de la République, Prithviraj Roopun.

L’Islamic Cultural Association a procédé au lancement du livre d’Assad Bhuglah, intitulé Dr Hassenjee Joomye, le samedi 14 mai 2022 au Taher Bagh, à Port-Louis. 

C’est la deuxième fois que l’ex-diplomate et spécialiste en commerce international Assad Bhuglah se penche sur la vie de deux personnalités de la communauté musulmane injustement méconnues à Maurice. Sa première bibliographie était consacrée au Dr Idrice Goomany, dont l’évocation, malheureusement, ne se rapporte qu’au centre du même nom à Plaine-Verte. Dans cet ouvrage devenu aujourd’hui une référence, Assad Bhuglad retrace le destin tragique de cet enfant de Plaine-Verte, rentré d’Ecosse après des études de médecine pour se mettre au service de la population. Posté au centre de quarantaine de Poudre-d’Or, il finira par être contaminé avant de rendre l’âme vers la trentaine. Son décès laissera dans une misère extrême ses parents, qui avaient mobilisé toutes leurs ressources pour ses études de médecine.

La deuxième biographie d’Assad Bhuglah vient, elle aussi, combler une lacune : la vie et l’œuvre du Dr Hassenjee Joomye, premier lauréat asiatique de Maurice et fondateur de l’Islamic College, où l’auteur a effectué ses études secondaires. Même s’il s’agit d’une « commande » de la famille Joomye, le mérite de l’auteur est d’avoir réussi à restituer tout le parcours de Hassenjee Joomye, en rappelant les obstacles auxquels ce dernier s’est heurté. Trois objectifs ont présidé à son initiative de mettre sur pied un collège, a déclaré Assad Bhuglah : il voulait d’abord d’un collège qui puisse concilier l’aspect moral et la modernité, axé sur l’apprentissage des études comme les langues, les mathématiques et les sciences.

Comme deuxième profession de foi, en véritable visionnaire, Hassenjee Joomye voulait que ce nouveau collège accueille toutes les communautés de l’île. à ce titre, il avait dû faire face à deux tendances au sein même de sa communauté, l’une voulant que le collège soit réservé aux seuls musulmans, l’autre souhaitant qu’il soit réservé à l’élite musulmane. Sa troisième ambition était d’implanter le collège à Curepipe, une région à laquelle toute l’île Maurice pouvait avoir accès. « Imaginez-le en costume et cravate, marcher dans les rues pour convaincre les gens à inscrire leurs enfants », fait observer Assad Bhuglah, qui rappelle qu’au moment ou Hassenjee Joomye devient lauréat au collège Royal, cette institution exerçait une certaine forme d’exclusion à l’égard des enfants asiatiques.

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !