Actualités

PSAC 2019 – Extended Programme : hausse dans le nombre d’admis 

3950. c’est le nombre d’élèves qui seront admis en Extended Programme en janvier 2020. Ce nombre représente une hausse depuis l’introduction du programme en 2017. Les éducateurs du secondaire soutiennent qu’il n’y a aucune différence avec ceux du préprofessionnel. 

« L’Extended Programme n’est qu’un changement d’appellation. Le profil des élèves est le même que ceux qui faisaient les classes du prevoc avant 2017», explique l’enseignant Brian Pitchen.

L’Extended Programme existe depuis 2017 avec la réforme éducative, le Nine-Year Continuous Basic Education. Il accueille les enfants n’ayant pas atteint le niveau requis pour passer en Grade 7. Jhugdamby Bhojeparsad, président de l’Union of Private Secondary Education Employees (UPSEE), souligne qu’après trois années passées avec ces élèves, il est très difficile pour ces derniers d’atteindre le niveau d’un élèves de Grade 9. 

Les deux enseignants soutiennent qu’il est très difficile de travailler avec ces élèves qui n’ont même pas le niveau des élèves de Grade 6 et les faire réussir aux examens de Grade 9 ? Notons que la condition est que ces derniers y accèdent après quatre années pour atteindre la Grade 9, contrairement à ceux du mainstream qui en ont trois. Aux examens, ils prennent le même questionnaire que leurs camarades du mainstream.  

« Les autorités donnent l’occasion à tous les enfants du primaire d’accéder au secondaire. Mais à quel prix ? Même après quatre ans, ces élèves ne pourront pas réussir la Grade 9 », insiste Brian Pitchen. 

Il ajoute que ces élèves auraient dû avoir un programme d’études bilingue, incluant le kreol morisien. Brian Pitchen met également l’accent sur l’importance d’avoir un examen différent pour ces élèves.      

« Il ne faut pas se voiler la face, le niveau des enfants de l’Extended Programme est très faible. Afin de remédier à cette situation, il nous faut un programme d’études adapté au niveau académique de ces élèves », fait ressortir Brian Pitchen. 

Les enseignants ne cessent de le répéter qu’il faut aussi un programme social qui prenne en compte l’aspect émotionnel de ces élèves. 

« Je mets au défi les autorités que ces élèves réussissent cet examen, même après quatre années d’études. La réponse nous l’aurons en 2021 », nous dit-il. 

Les enseignants déplorent que malgré tout ce qui est mis en place, les enfants continuent à avoir un comportement agressif et ne s’intéressent pas aux cours qui leur sont offerts. Jhugdamby Bhojeparsad est d’avis qu’un programme adapté à leurs besoins est un avantage. 

En chiffres 

Année Nombre d’élèves
2017 3914
2018 3917
2019 3950

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !