Actualités

Protocole Sanitaire : pas de contrôle rigoureux pour certains supermarchés 

Y a-t-il un certain laisser-aller à l’entrée de supermarchés après 40 jours de confinement ? C’est le constat qui est fait. Visites de plusieurs supermarchés du pays le mercredi 29 et le jeudi 30 avril. 

Au supermarché Tangs Way, à Beau-Bassin, des pompiers sont venus prêter main-forte aux policiers peu visibles sur place. Un seul agent de police vient de temps à autre vérifier que tout se passe bien, mais ce sont les soldats du feu qui restent sur place. 
Les mains des clients sont systématiquement désinfectées, mais la vérification des cartes d’identité et la prise de température ne sont pas de rigueur. 

Encore moins la déinsfection des caddies au moment de son utilisation. Elles sont sans doute désinfectées bien avant... Une fois le caddie utilisé, il n’y pas de nouvelles  procédures de déinfection avec sa réutilitisation, par un autre client. A Tang Way, on n’a pas trop choisi de prendre les choses sérieusement.   Idem pour les policiers qui sont là mais qui ne voient rien. 

Au Super Unic Way de Quatre-Bornes, il n’y a aucune file d’attente devant le supermarché. Cela peut expliquer l’absence de policier pour vérifier les cartes d’identité. Cependant, la température du client est prise et les mains sont désinfectées. 
Il n’y a pas de policier non plus devant le Jumbo Express du centre commercial Orchard, à Quatre-Bornes, et devant le SaveMart de Palma. Pourtant, il y a des files d’attente devant ces deux commerces. Les agents de sécurité y prennent la température du client et distribuent du gel hydroalcoolique. 

Au magasin Dream Price de Palma, rien à redire. Les cartes d’identité sont vérifiées systématiquement. La température du client est prise et les mains sont désinfectées. Deux policiers sont présents et la distance sociale est respectée. 
C’est également le cas au Jumbo Express de Beau-Bassin. Un policier vérifie les cartes d’identité, alors qu’un vigile se charge de la prise de température et de la désinfection des mains. 

Même situation au supermarché Winner’s de la rue La Poudrière, à Port-Louis. La file d’attente est relativement longue et des policiers vérifient les cartes d’identité. La température du client est prise et ses mains désinfectées.
Nous avons aussi sillonné le sud de l’île. Nous avons constaté que de nombreuses supérettes font fi des consignes sanitaires et se contentent de les suivre partiellement.  

Chez Dream Price de Rose-Belle et de Mahébourg, pas de prise de température. Dans ces supérettes, les consignes étaient à moitié respectées, avec seulement les désinfectants pour les mains et la vérification de la carte identité. Au Dream Price de Mare-d’Albert, toutes les consignes sont respectées à la lettre. 

Du côté des supermarchés SaveMart, on constate uniquement l’utilisation du désinfectant pour les mains à l’entrée du supermarché dans la région de Mahébourg. L’absence des autorités laisse sans doute place au laxisme. Un employé devant l’entrée, depuis le confort de sa chaise, pulvérise du gel hydroalcoolique sur les mains des clients. 
S’il n’était pas toujours évident de vérifier que les caddies sont bel et bien désinfectés dans les différents supermarchés, c’était bel et bien le cas au Super U de Flacq.

La réponse des supermarchés
Contacté pour une réaction, Alain Tang, directeur du supermarché Tangs Way, explique que la prise de température n’était pas systématique à l’entrée du magasin lors de notre visite, à cause d’un manque d’effectif. 
« Le chef de la sécurité a eu un décès dans sa famille. Il n’était donc pas là à ce moment. C’est pourquoi il n’y avait pas toujours quelqu’un pour prendre la température du client. Concernant l’absence de contrôle des cartes d’identité, quand il y a moins de monde, il n’y a pas lieu de restreindre l’entrée, car il y a de la place à l’intérieur. Mais les contrôles reprennent quand il y a plus de monde », explique Alain Tang. 

Nous avons sollicité la réaction de Noozeera Fauzee, directrice financière de Dream Price, sur la situation dans ses supermarchés du sud du pays. « Nous avons demandé à tous nos employés de respecter le protocole établi par le gouvernement. Nous travaillons en étroite collaboration avec la force policière, qui est présente dans toutes nos enseignes, pour s’assurer que les règlements sont suivis. Je n’ai jamais eu de plainte des policiers ni de mes auditeurs internes, qui inspectent les lieux deux à trois fois par semaine. Nous avons suffisamment d’employés et les clients ne sont pas nombreux en cette période. Je me demande comment il se fait que les employés ne suivent pas le protocole », fait-elle comprendre. 

Nous avons interrogé Asvin Bokhooree, directeur des supermarchés SaveMart, sur la raison du manque de sérieux concernant les consignes sanitaires à Mahébourg. Il explique que ce laxisme des employés s’explique peut-être par la fatigue, à force de répéter les mêmes actions, sans pour autant dépister de client suspect. 
« On n’encourage pas ce genre de comportement. Mais quand les employés vérifient la température des clients à longueur de journée sans dépister de cas suspect, ils ont tendance à baisser la garde. Cependant, je précise que ce ne sont pas nos instructions. Le problème vient de certains employés qui ne suivent pas les consignes. Je vais personnellement m’assurer de relancer les employés de tous nos supermarchés sur l’importance du respect des règles. » 

Réaction de la police

Le commissaire adjoint de police (DCP), Krishna Jhugroo, indique qu’assurer le respect des règles sanitaires est la responsabilité des opérateurs. Il demande à ceux-ci de suivre le protocole concernant les consignes sanitaires pour le bien-être de la population.  
« La police a la responsabilité de la vérification de la carte d’identité à l’entrée des supermarchés et de s’assurer que la distance sociale est respectée. Nous garantissons le bon déroulement de ces activités. Lorsqu’il s’agit des anomalies dans le respect des consignes sanitaires, telles que la prise de température ou la désinfection des caddies, c’est le ministère du Commerce qui prend des sanctions », explique-t-il.

De son côté, l’inspecteur Shiva Coothen, du Police Press Office, explique que des policiers sont en permanence devant chaque supermarché de l’île. « Il y a des policiers devant tous les supermarchés à travers l’île, surtout à l’heure de l’ouverture », fait-il ressortir.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !