Protocole modifié : des patients sous dialyse mécontents

Par Jean-Marie St Cyr O commentaire
Protocole modifié

L’Eprex, médicament utilisé pour réajuster le taux de globules rouges des patients sous dialyse, cause-t-il des effets indésirables ? Oui, soutiennent des patients. Le ministère de la Santé affirme qu’il n’est en présence d’aucune plainte à ce sujet.

Baisse de tension, diarrhée… Ce sont les effets secondaires que disent ressentir certains patients sous dialyse depuis qu’ils reçoivent une injection d’Eprex au lieu de Mircera, comme c’était le cas antérieurement. Sans compter le fait qu’au lieu de trois à quatre séances de dialyse par semaine, ils doivent désormais se rendre une fois de plus dans un centre de santé pour cette injection, afin de réajuster leur taux d’hémoglobine. Avec le précédent produit, l’injection se faisait une fois par mois, vu que c’était un médicament à plus longue durée.

« On ne nous a pas expliqué le motif de ce changement, alors que cela affecte notre santé déjà précaire », déplore Denis Azor, l’un des patients qui disent souffrir avec ce nouveau médicament. « Aucun patient ne se plaignait du traitement reçu initialement. Depuis ce changement de protocole, notre santé est affectée », dit-il.

Siddique Khodabbocus, pharmacien, est d’avis que « ces prétendus effets secondaires ne sont que psychologiques ». Il explique que les patients s’étaient habitués à un médicament et qu’ils ont du mal à s’adapter à celui qui leur est fourni actuellement.

Avis partagé par le Dr Zaher Gendoo, néphrologue au Wellkin Hospital. « Les médicaments sont des érythropoïétines, produits antianémiques qui stimulent la fabrication de globules rouges par la moelle osseuse. Leur action et leurs effets sont quasi similaires. On ne peut leur attribuer les inconvénients cités par les patients au changement de médicament », assure-t-il.

Bose Soonarane, secrétaire de la Renal Disease Patients Association, dit être au courant de la situation de certains patients. « J’ignore les motifs de ce changement. Outre les effets secondaires ressentis, cela ajoute un stress supplémentaire sur les patients qui doivent faire cette injection chaque semaine. »

Du côté de la Santé, une source indique que le ministère n’est en présence d’aucune plainte concernant d’éventuels effets indésirables de l’Eprex. Elle précise que les traitements de dialyse sont offerts gratuitement à tous les patients dans les centres prévus à cet effet à travers le pays, qu’ils soient publics ou privés. Cela représente un budget annuel de Rs 100 millions. Près de 1 400 personnes souffrent d’insuffisance rénale et subissent des séances de dialyse trois fois la semaine.