Actualités

Protection des droits de l’enfant : l’UE offre Rs 8 millions au Bureau de l’Ombudsperson

À l’occasion de la célébration du 30e anniversaire de la convention relative aux droits de l’enfant, le responsable de la délégation de l’Union européenne (UE), Vincent Degert, a signé un accord pour la protection des enfants avec l’Ombudsperson for Children, Rita Venkatasamy. En présence de la ministre de l’Égalité des genres, Kalpana Koojoo-Shah, et de l’ambassadeur de France, Emmanuel Cohet. 

Cet événement a eu lieu, le mercredi 20 novembre à Quatre-Bornes. Lieu où une session interactive intitulée « Anou Coz Drwa Zanfan » était à l’agenda. « C’est un cadeau que nous fait l’Union européenne à l’occasion du 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant », indique l’Ombudsperson for Children, Rita Venkatasamy. Et d’ajouter que ce financement de Rs 8 millions permettra à son bureau d’améliorer la qualité de ses services au grand public. Plus encore, pour sensibiliser un plus grand nombre d’enfants et acteurs sociaux engagés dans la protection des droits de l’enfant à Maurice, de façon pédagogique.  

« Nous nous focaliserons aussi sur la Girl Child par rapport à la problématique de grossesse précoce à Maurice. Car les statistiques démontrent que bon nombre de filles ne sont pas scolarisées. Nous avons aussi en moyenne une fille qui est victime d’abus sexuels par jour à Maurice », dit-elle. L’Ombudsperson for Children souligne aussi l’importance de l’accompagnement des enfants dont les parents sont en prison. « Avec l’Union européenne, nous avons ciblé des groupes d’enfants les plus vulnérables. Nous allons ainsi redoubler nos efforts pour la protection des droits de ces enfants. Qui dit projet, dit argent !  Bien que l’État mauricien finance le Bureau de l’Ombudsperson, ce soutien financier de l’Union européenne nous permettra d’améliorer davantage la qualité de nos services. »


Janvier-septembre 2019 : 4 800 cas de maltraitance sur des enfants

Kalpana Koonjoo-Shah fait aussi mention de 4 800 cas de violence et maltraitance envers les enfants, recensés par son ministère de janvier à septembre 2019. « Ce chiffre n’est pas beau à voir. Surtout lorsqu’il continue d’augmenter d’année en année. Au niveau du ministère, nous avons des initiatives et des mesures en place pour l’encadrement des victimes. Nous devons dorénavant mettre encore plus d’emphase sur la prévention afin de remédier à la situation. Plusieurs équipes travaillent dessus et je suis confiante que nous viendrons avec des résultats », indique la ministre. 


Anou Coz Drwa Zanfan 

En ce qu’il s’agit de la session interactive « Anou Coz Drwa Zanfan » avec les enfants en situation de rues, encadrés par l’ONG Safire, ainsi que des jeunes du Rehabilitation Youth Centre et du Correctionnal Youth Centre, accompagnés par leurs éducateurs, Rita Venkatasamy dira que c’est très important par rapport à l’Article 12 de la convention de faire participer les enfants dans les décisions qui les concernent, surtout par rapport à leurs droits. « Notre but est de leur fournir une plateforme afin qu’ils puissent s’exprimer sur de différents sujets d’actualités, leurs droits et leurs devoirs, entre autres. Il faut aussi que nous soyons à leur écoute. C’est en ce faisant que nous pourrons formuler nos recommandations sur les lois auprès des décideurs politiques. »  Après cette session interactive, les participants ont pu faire la fête.

Car un « boom » a été organisé à leur intention. « Ils ont pu chanter et danser. Et sortir, le temps d’une journée, de l’environnement dans lequel ils évoluent au quotidien ». Par ailleurs, ce vendredi 22 novembre, plus de 100 enfants monteront sur scène pour « Anou selebre 30 ans Konvansion Drwa Zanfan ». Ce grand show, à l’initiative du Bureau de l’Ombudsperson for Children, aura lieu à partir de 9 heures à l’auditorium Octave Wiehé à Réduit, conclut Rita Venkatasamy.


Kalpana Koonjoo-Shah : «Le Children’s Bill est ma priorité absolue»

Saluant l’engagement du Bureau de l’Ombudsperson et l’initiative de l’Union européenne, Kalpana Koonjoo-Shah a affirmé que son ministère accordera tout son soutien pour la protection des droits de l’enfant à Maurice. Toutefois, dira-t-elle, il y a des protocoles et des lois qui doivent être renforcés afin que de nouvelles initiatives puissent être mises en place à l’avenir. Quant au Children’s Bill, la nouvelle ministre affirme que c’est sa priorité absolue. « Malheureusement, il n’y a eu qu’une première lecture de ce projet de loi avant la dissolution du Parlement en octobre dernier. Mais je vous assure que le Children’s Bill est une priorité pour le nouveau gouvernement. On y travaille. Si ce n’est pas pour cette année-ci, il sera à l’agenda lors de la grande rentrée parlementaire après les fêtes de fin d’année », dit-elle. 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !