Live News

Prostitution à l'ère numérique : des «call girls» malgaches arrêtées à Trou-aux-Biches

Ces femmes travaillaient dans une villa à Trou-aux-Biches.

Quatre prostituées malgaches et deux Mauriciens ont été arrêtés jeudi dans une villa à Trou-aux-Biches. Ces filles de joie appâtaient leurs clients via une plateforme de rencontre en ligne. C’est un Malgache basé à Maurice qui serait le cerveau derrière ce réseau de « call girls ».

Des annonces appuyées par des photos suggestives… des rendez-vous pour une passe en un clic… Le plus vieux métier du monde se met à l’ère numérique et le cerveau d’un réseau qui monnayait les charmes de jeunes femmes malgaches avait trouvé l’astuce parfaite pour se faire de l’argent.

Le paiement se fait via une application mobile. Le client doit débourser Rs 2 500, qu’empoche le proxénète qui opère derrière son écran d’ordinateur. Ainsi tout ce fait en ligne ou presque… Cette activité battait son plein dans plusieurs villas et bungalow de l’île. C’était sans compter sur le flair des policiers de la Crime Intelligence Unit du Nord dirigée par le sergent Arnasala qui surveillait de près ce réseau de prostitution depuis plusieurs mois.

En perquisitionnant une villa située à Morcellement Jhubboo, Trou-aux-Biches, jeudi, la police a découvert une filière de prostitution bien huilée et qui était très active. Dans une chambre, les policiers sont tombés sur un habitant de Pailles âgé de 33 ans qui en compagnie de deux femmes d’origine malgache, âgées de 26 ans. En perquisitionnant une deuxième pièce de la villa, ils ont surpris deux Malgaches, âgées elles de 27 ans, et un autre habitant de Pailles âgé lui de 27 ans.

Les six personnes ont été interpellées. Soumis à un interrogatoire serré, les suspects ont rapidement craqué et dévoilé les dessous d’un commerce illégal. Les quatre Malgaches qui habitent dans un appartement à Grand-Baie ont perçu chacune la somme de Rs 2 500 pour des relations sexuelles tarifées. Elles ont été arrêtées sous une accusation de « solliciting another person for immoral purposes ». En examinant leurs dossiers, la police a établi que trois d’entre elles étaient en situation irrégulière. La quatrième suspecte est mariée à un Mauricien qui est actuellement détenu pour une affaire de drogue.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !