Live News

Prostitution de Mauriciennes à l’île sœur : le présumé cerveau évoque un règlement de comptes

Le présumé cerveau sera à nouveau présenté devant la justice le jeudi 27 février.

Placé en détention dans le cadre du démantèlement d’un réseau de prostitution impliquant des femmes mauriciennes, le présumé cerveau sera présenté à nouveau devant la justice dans dix jours, soit le jeudi 27 février. Lui et sa complice n’ont pu être jugés dans la journée du vendredi 14 février en raison de la grève des avocats. 

Face aux enquêteurs, en fin de semaine dernière, cet homme de 37 ans, pressenti d’avoir agi en connivence avec une Mauricienne de 36 ans, avance qu’en effet, il aurait été victime d’un règlement de comptes. Ce père de famille a nié toutes les accusations de proxénétisme portées contre lui, expliquant qu’il s’agissait de diffamations lancées contre lui, car il aurait failli honorer le remboursement d’un emprunt pour l’achat d’une voiture auprès d’un individu. 

Entraîneur sportif de profession et employé d’un supermarché, il a expliqué, lors de son interrogatoire, qu’il gagne environ 1500 euros par mois. Et a indiqué avoir loué son appartement à des individus pour arrondir ses fins de mois. 

L’opération de la police des frontières de l’île de La Réunion a abouti à l’arrestation de six femmes mauriciennes qui séjournaient dans l’illégalité. Les femmes étaient parties pour l’île sœur comme touristes et leur délai de séjour avait expiré depuis plusieurs mois. C’est grâce aux renseignements obtenus par la police française, alors qu’elles faisaient commerce de leurs charmes dans des appartements à Verger aux Camélias, que la police a procédé à leur interpellation. Pour rentabiliser leur activité illicite, elles avaient même placé des annonces sur des sites internet. 

 Parmi elles, cinq étaient déjà de retour au pays, le jeudi 13 février, après avoir été expulsées et placées sur la liste rouge des services de l’immigration réunionnais. À ce stade, on ne sait pas si les cinq femmes, âgées de 25 à 46 ans, seront inquiétées par les autorités mauriciennes. Originaires de différentes régions de l’île Maurice, ces femmes s’étaient toutes rendues à l’île sœur pour des soi-disant séjours touristiques, avant d’offrir, contre argent comptant, leurs charmes dans ces appartements.  

L’enquête de la police des frontières a démarré il y a bientôt un an. Des opérations de surveillance avaient été commanditées par la gendarmerie à plusieurs reprises dans la région du Verger aux Camélias. Les va-et-vient dans des appartements occupés par les femmes mauriciennes en situation irrégulière étaient étudiés depuis plusieurs semaines. 

  • Coronavirus

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !