Economie

Propositions budgétaires : fixer la pension de vieillesse à Rs 9 000, est-ce possible ? 

Actuellement, chaque retraité reçoit Rs 6 210 du gouvernement.

Dans le sillage de la préparation du prochain Budget qui sera présenté en juin prochain,  les personnes âgées cherchent aussi leur part du gâteau national. Leur principale préoccupation est  d'avoir les moyens pour améliorer leurs conditions de vie. 

Ce qui intéresse les personnes âgées est de savoir si leurs pensions de vieillesse seront alignées sur le salaire minimum, soit Rs 9  000, comme le demandent les syndicats et autres associations. Certaines personnes âgées en doutent, vu le poids énorme d'une telle mesure sur l'économie.  

Potaya Kuppan, président  de la Southern Old People Association (SOPA), justifie dans un mémoire qu'il va soumettre au ministère des Finances, l'octroi d'une pension de vieillesse de Rs 9 000 aux personnes âgées. « Dans un esprit de justice et d'équité, le gouvernement doit hausser la pension car déjà à travers le salaire minimum, il reconnaît qu'une famille ne peut vivre aisément avec une somme de moins de Rs 9 000 par mois  », fait-il remarquer. Une position qui est aussi défendue par la classe syndicale dont  Rashid Imrith et Désiré Guildhary, respectivement  président de la Fédération des syndicats du secteur public et de la Free Democratic Unions Federation.

Le président de la SOPA se plaint qu'avec leurs pensions de Rs 6 210 par mois, une majorité de personnes âgées peinent à effectuer leurs dépenses, dont l'achat des produits de consommation, avec des prix qui ne cessent d'augmenter. « Il faut compter aussi les frais de médicaments, la location et autres factures  », dit-il. Il explique qu'après ces dépenses, des personnes faisant partie des plus vulnérables, se trouvent sans le sou. « Si les plus chanceux peuvent compter sur le soutien de leurs enfants, d'autres doivent faire des petits boulots pour gagner leur vie. » Il se plaint que, profitant de leur vulnérabilité, des employeurs leur accordent des bas salaires. Ce que confirme Gérard Cadou, un senior qui gagne sa vie grâce à des petits boulots. 

Mais Rajen, 70 ans, est d'un autre avis. « Malgré toute sa bonne volonté, où le gouvernement ira-t-il puiser pour augmenter les pensions ? Outre la pension de vieillesse, il doit réajuster les pensions des personnes plus âgées dont les centenaires, sans compter les pensions de veuves, orphelins et handicapés. J'aurais bien aimé une augmentation de ma pension de vieillesse mais d'un autre côté je comprends qu'il ne faut pas mettre en péril l'économie nationale   », dit-il. 

Potaya Kuppan plaide aussi pour une amélioration des services offerts aux seniors. D'où sa demande pour que l’hôpital de Souillac soit converti en un centre hospitalier à part entière avec des blocs opératoires et un département dédié à la maladie d’Alzheimer. 

Le syndicaliste réclame aussi plus de loisirs pour les seniors, dont la construction des Day Care Centres, des facilités de transport pour les clubs de troisième âge pour des excursions et une politique de logement en faveur des seniors qui font face à des prix de location exagérés pour leurs maisons. 

Quel coût pour l'économie ?

L'économiste Éric Ng trouve qu'une augmentation de la pension de vieillesse de Rs 6 210 à Rs 9 000  par mois pèsera très lourd sur l'économie nationale. « Ce qui explique que le budget actuel de Rs 17 milliards passera à Rs 25 milliards par an, soit une hausse de 40 %  », dit-il. Il se demande où le gouvernement puisera une telle somme. « S'il augmente la TVA, cela va affecter les consommateurs, s'il taxe davantage les entreprises, il portera un coup à l'investissement privé sans compter qu'il doit lui aussi investir dans des infrastructures publiques et autres services payants. »