Economie

Propositions budgétaires : des mesures pour un nouveau souffle aux petits planteurs

planteurs de légumes et fruits Les planteurs de légumes et fruits réclament notamment des mesures pour combattre le vol.

Donner un nouveau souffle à la communauté. C’est le point central d’une liste des demandes que la Small Planters Association (SPA) a soumis au Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, dans le cadre du prochain budget. Les membres de l’association sont dans la production de légumes, de la canne à sucre et de fruits. Une activité qui se meurt par manque de main-d’œuvre, en raison d’une baisse de la recette et d’un manque de financement pour se moderniser, entre autres. Voici leurs propositions :

Planteurs de canne à sucre

Pour soutenir les planteurs de canne à sucre qui font face à des difficultés malgré des mesures prises pour restructurer ce secteur, la SPA propose un mécanisme de prix pour les produits dérivant de la canne. Elle offre deux choix au gouvernement : que pour une période initiale de trois ans, les planteurs perçoivent Rs 2 500 par tonne de canne livrée à la balance (weigh bridge) ou Rs 2 000 par tonne de canne mais que les coûts de la coupe, le chargement et le transport soient aux frais des usiniers. Elle souhaite que ces amendements soient introduits avant la coupe 2019.

Le secrétaire, Kreepalloo Sunghoon, souligne qu’à La Réunion, un planteur touche Rs 4 000 par tonne. Au cas où le gouvernement trouve que cette proposition est difficile à appliquer, la SPA propose que les petits/moyens planteurs de canne à sucre vendent leurs produits aux compagnies à de meilleurs prix et qu’ils aient les mêmes facilités que l’industrie sucrière aux planteurs afin que ces derniers puissent mettre de la valeur ajoutée et commercialiser leurs divers produits.

Pour soutenir les planteurs, la SPA insiste pour qu’ils bénéficient des emprunts à des taux d’intérêts de moins de 3 % de la DBM et que l’institution participe aux risques liés aux emprunts et soutiennent les planteurs par des conseils et des suivis. Elle demande que la liquidation des hypothèques soit aux frais de la banque car plusieurs planteurs ont constaté qu’ils n’ont pas été enlevés des années après remboursement.

Les autres demandes sont la création d’une banque de terres afin que les terres agricoles soient mises à la disposition de ceux qui veulent les développer. Les requêtes concernent aussi l’exemption de la taxe sur les revenus des planteurs, des mesures pour combattre le vol des légumes, une forme de compensation aux planteurs pour combler les pertes et l’annulation des dettes des planteurs sur les frais d’irrigation.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective