Actualités

Promesses d’emploi contre paiement : un Attendant du ministère de la Santé obtient un sursis

Cour intermédiaire L’accusé proposait des emplois à autrui contre de l’argent.

Un Office Care Attendant du ministère de la Santé a été condamné à un an de prison pour escroquerie. Sa sentence a été suspendue en attendant une enquête sociale à son égard. L’accusé avait pris de l’argent à des personnes contre des promesses d’emploi dans des hôpitaux.

Le verdict a été prononcé en cour intermédiaire par la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing. Un Office Care Attendant, employé du ministère de la Santé, âgé de 62 ans et domicilié à Mare-La-Chaux, a été condamné à un an de prison sous quatre accusations d’escroquerie. Il avait, entre avril et juin 2011, promis à plusieurs personnes de leur trouver du travail à l’hôpital. Et ce, contre paiement. L’homme avait plaidé non coupable. Toutefois, la peine de prison a été suspendue en attendant un rapport social pour établir s’il peut effecteur des travaux communautaires. L’accusé devra être de retour en cour le 25 juin 2019.

Rs 95 000 aux intéressés

Dans ses dépositions à la police, l’accusé avait expliqué avoir commis cet acte à la demande d’un dénommé Beecarry. Selon lui, sa fille devait subir une intervention chirurgicale en Afrique du Sud et qu’il a sollicité l’aide du dénommé Beecarry. C’est alors que ce dernier l’aurait sommé de trouver des gens intéressés à entrer dans Fonction publique. Il allait ensuite percevoir une somme d’argent.

Si l’employé du ministère de la Santé dira qu’il savait que pour un poste dans la Fonction publique, toute personne intéressée se doit de suivre la procédure établie par la Public Service Commission, il a néanmoins accepté de trouver des gens pour le dénommé Beecarry. Car, il avait besoin de son aide.

Il ressort que l’accusé a encaissé une somme totale de Rs 95 000 obtenue de trois personnes. Il a expliqué aux enquêteurs qu’il a rencontré deux femmes intéressées à prendre de l’emploi à l’hôpital. Il leur a remis des formulaires à remplir. Les deux lui ont remis Rs 30 000 chacune. Mais deux ans plus tard, les deux femmes attendaient toujours un poste à l’hôpital. D’autre part, l’habitant de Mare-La-Chaux a également reçu une somme de Rs 35 000 d’une femme qui cherchait un emploi pour un cousin. L’accusé lui avait promis que son proche allait être embauché à l’hôpital dans deux mois, mais il n’en fut rien.
Dans un premier temps, l’accusé a contesté l’admissibilité de ses dépositions, soutenant qu’il ne les a pas données de façon volontaire. Or, la magistrate a statué le contraire et a conclu que les dépositions sont admissibles en cour.

L’accusé a présenté ses excuses. La cour a pris en considération son casier vierge et sa situation familiale avant de suspendre la sanction et réclamer une enquête sociale.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !