Economie

Produits financiers : Cim mise sur le Kenya pour son projet de diversification

Le Kenya est une référence mondiale dans l’utilisation du mobile pour les transactions financières.

Le leader de la vente à tempérament à Maurice envisage de reproduire son modèle d’affaires dans l’une des principales économies africaines, ce avec l’apport de la technologie cellulaire. La direction lève le voile sur ces ambitions dans son rapport annuel  2017-2018.

Plateforme financière et économique de l’Afrique de l’Est avec une croissance moyenne de 5 % sur les dix dernières années, le Kenya est perçu comme étant un marché d’opportunités pour Cim Financial Services. Après la mise en place de la structure technologique adaptée au pays, le groupe mauricien passe à la vitesse supérieure dans le déploiement de ses activités de financement de la vente à tempérament au cours de sa présente année financière.

Faisant le point sur la diversification dans ce pays ayant une population de 48,4 millions, Mark van Beuningen, Chief Executive Officer de Cim Financial Services Limited, met d’abord l’accent sur la nécessité de l’investissement dans la technologie financière appropriée. Car le Kenya dispose d’un écosystème de téléphonie cellulaire unique, de même qu’une population très au fait des plateformes de financement disponibles via des applications mobiles.

« Nous travaillons de concert avec un nombre de détaillants en appareils électroniques grand public et d’ameublement, comme nous le faisons à Maurice, et nous envisageons de développer davantage notre empreinte », affirme Mark van Beuningen dans le rapport annuel 2017-2018, document publié sur le site du groupe. « Nous avons testé ladite technologie et le modèle d’affaires au Kenya pendant le second semestre de l’année fiscale 2018. Maintenant, nous allons développer cette activité dans la nouvelle année financière. »

Le Kenya est différent du marché mauricien. Les conditions sont plus difficiles. Le groupe l’admet volontiers. Ceci étant, Cim Financial Services dit se réjouir des opportunités qu’offre le marché kenyan pour le segment de financement au consommateur. Dans le même ordre d’idées, Mark van Beuningen met en évidence l’expertise et les capacités essentielles dans ce segment dans un premier temps et éventuellement dans le crédit-bail à l’avenir.

Cette technologie financière offerte au Kenya pourrait être déployée dans d’autres marchés, dépendant des opportunités, a indiqué de son côté Colin Taylor, président du conseil d’administration de Cim Financial Services Limited. Cette stratégie sera néanmoins prudente. Par exemple, le groupe a décidé de ne pas aller de l’avant avec une expansion en Éthiopie car l’investissement proposé ne sera pas viable tenant compte de l’environnement règlementaire.

L’offre de financement au consommateur, rappelons-le, est l’un des quatre principaux segments dans lequel opère le groupe. Le montant avancé aux clients est passé à Rs 5,9 milliards pour les 12 mois se terminant au 30 septembre 2018, comparé à la précédente année. Le nombre de clients a été de 235 728.