Faits Divers

Procès intenté à Curly Chowrimoothoo : des couacs notés par la défense dans un plan présenté en Cour

Curly Chowrimoothoo et Louis Rico Jean Yves Aristide. Si Curly Chowrimoothoo a plaidé non coupable, Louis Rico Jean Yves Aristide a plaidé coupable.

Le procès intenté à Louis Rico Jean Yves Aristide et Curly Chowrimoothoo s’est poursuivi mercredi, en cour d’assises, devant le juge Patrick Kam Sing. Le chef inspecteur Jean de la brigade antidrogue a été contre-interrogé par Me Shakeel Mohamed sur l’exercice de « controlled delivery » du 8 mars 2012 ayant mené à l’arrestation des prévenus.

Il est celui qui a supervisé l’enquête sur la saisie de 90,5 grammes d’héroïne en mars 2012. Appelé à la barre des témoins, le mercredi 14 novembre 2018, le chef inspecteur (CI) Jean de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) a été contre-interrogé par Me Shakeel Mohamed, l’avocat de Curly Chowrimoothoo. L’homme de loi a dit avoir noté des inexactitudes sur le plan que l’Adsu a déposé en Cour.

Ce document indique les lieux et la distance à laquelle se trouvaient les deux prévenus ainsi que les limiers durant l’exercice de controlled delivery. À la suite de la remarque de Me Shakeel Mohamed, la poursuite a souligné que le sergent Bholah sera appelé à la barre pour apporter des éclaircissements. Me Shakeel Mohamed a objecté à la requête de la poursuite.

L’avocat a aussi interrogé le CI Jean sur les mouvements de Curly Chowrimoothoo au moment des faits. L’Adsu a soutenu que le prévenu n’était pas en possession d’un cellulaire pendant l’exercice. Or, Me Shakeel Mohamed a attiré l’attention de la Cour que, selon les relevés de l’opérateur téléphonique, Curly Chowrimoothoo a fait plusieurs appels pendant l’opération policière.

Me Shakeel Mohamed a aussi voulu prouver la crédibilité de Louis Rico Jean Yves Aristide. Ce dernier avait allégué que Curly Chowrimoothoo lui avait vendu de la drogue le 5 mars 2012. Cela concerne un autre cas dans lequel sont impliqués les deux prévenus. Mais l’avocat a expliqué qu’à ce moment-là, son client se présentait devant le tribunal de Rose-Hill.

Louis Rico Jean Yves Aristide et Curly Chowrimootoo sont accusés d’avoir tenté de prendre livraison de 90,5 grammes d’héroïne le 8 mars 2012 à Résidences Kennedy, Quatre-Bornes. Le premier nommé avait été arrêté sur les lieux tandis que Curly Chowrimoothoo s’était enfuit avant d’être arrêté trois mois plus tard à Flic-en-Flac.

Louis Rico Jean Yves Aristide a plaidé coupable. Il est défendu par Mes Jenny Mootealloo et Kurshvin Ragavoodoo. Curly Chowrimoothoo a plaidé non coupable. Mes Shakeel Mohamed et Ameerah Dhunoo assurent sa défense. La poursuite est représentée par MesAzam Neerooa, Acting Assistant Director of Public Prosecutions, et Abdool Raheem Tajoodeen, Senior State Counsel.