Live News

Premiers tests - Saisie de 110 kilos d’héroïne : le taux de pureté estimé à 60 %

L’Anti-Drug and Smuggling Unit (Adsu) pense que la drogue saisie en mer le mardi 30 octobre a été mélangée à d’autres substances. Grâce au Test Kit à leur disposition, les officiers ont fait un premier examen des 110 kilos d’héroïne saisis sur le bateau du trio Oomar Karrimbaccus, Jean Michel Rosette et Fabrice Jean-Pierre.

En fonction des résultats préliminaires du kit, les membres de la brigade antidrogue estiment le taux de pureté de l’héroïne saisie à 60 %. Un pourcentage inférieur à celui qu’ils soupçonnaient au début de l’enquête. Il faudra toutefois attendre le rapport final du Forensic Science Laboratory pour des résultats plus probants.

Outre le kit effectué, ce qui pousse les enquêteurs à estimer que l’héroïne a été mélangée avec d’autres substances est l’odeur qu’elle dégage. Ils expliquent que l’odeur de l’héroïne à l’état pur est plus forte que lorsqu’elle est mélangée à des produits. « Plus l’odeur est forte et piquante, plus on sait qu’il s’agit d’héroïne pure », confient des sources proches de l’Adsu.

Pourtant, au moment de la saisie, les enquêteurs pensaient que la drogue présentait un taux de pureté élevé. Ils se sont notamment basés sur certains renseignements et sur l’emballage dans lequel l’héroïne avait été dissimulée. « Nous basant sur l’emballage, nous pensions que la drogue était de meilleure qualité », soulignent nos sources.

C’est dans la journée du mardi 30 octobre 2018, après presque une nuit d’opération, que la division Nord de l’Adsu et deux éléments de la National Coast Guard ont intercepté l’embarcation des suspects, au large du Coin de Mire. Les trois complices venaient de récupérer la marchandise en mer et s’apprêtaient à regagner la terre ferme. Les policiers ayant participé à l’opération se disent fiers de leur prise. « Ti ena boukou risk. Kapav lot dimounn pa ti pou ale. De coast-guard inn ed nou akoz zot konn lamer-la byen », confie l’un d’eux.