Actualités

Prélude aux élections générales : possible dissolution de l’Assemblée nationale la semaine prochaine 

parlement Même s’il reste quatre textes de loi à voter, le Parlement sera sans doute dissous avant.

Le moment de la dissolution du Parlement approche dangereusement. Dans les coulisses du pouvoir, on parle de la semaine prochaine. Si aucune décision formelle n’a encore été prise, tout porte à croire qu’elle sera annoncée le mardi 8 octobre et que les élections générales auront lieu en novembre. 

Les choses semblent se préciser en ce qui concerne la tenue des élections générales. On parle avec insistance d’une dissolution du Parlement la semaine prochaine. Une date revient d’ailleurs régulièrement dans la bouche de ceux interrogés : le mardi 8 octobre. Ce jour coïncide avec la fin du jeûne du Durga Puja. 

L’objectif serait alors de rappeler la population aux urnes soit peu avant, soit peu après le 10 novembre. Cette date semble cependant exclue en raison de la célébration du Yaum-un-Nabi qui aura lieu ce jour-là. D’autres éventuelles dates sont le 17, voire le 24 novembre. Cette dernière date intervient après les examens du School Certificate (SC) et ceux du Higher School Certificate (HSC). 

Il nous revient aussi que le gouvernement compte démarrer sa campagne à la circonscription no 4 (Port-Louis Nord/Montagne-Longue). Si la dissolution a lieu le 8 octobre, le Mouvement socialiste militant (MSM) et le Muvman Liberater donneront rendez-vous à leurs partisans le lendemain, soit à Montagne-Longue ou à Terre-Rouge. 

Bobby Hurreeram, Chief Government Whip, soutient que, légalement, le gouvernement a jusqu’à avril de l’année prochaine pour tenir des élections générales. Il est prévu que le Parlement siège le mardi 8 octobre. Il reste encore quatre textes de loi à examiner : le Medical Council (Amendment) Bill, le Professional Town Planners’ Council Bill, le Children’s Bill et le Road Traffic (Amendment No 3) Bill. « Rien que pour le Children’s Bill, nous prévoyons 30 orateurs », avance-t-il. Même si une séance parlementaire est programmée pour mardi prochain, le gouvernement a parfaitement le droit de dissoudre le Parlement ce jour-là. 

En attendant le coup d’envoi de la campagne électorale, on s’échauffe au niveau des différents partis politiques. Au Mouvement militant mauricien (MMM), la liste des candidats est pratiquement prête. Les seules circonscriptions pour lesquelles les mauves n’ont pas encore arrêté leur choix de candidats sont Port-Louis Sud/Port-Louis Central, La Caverne/Phœnix et Curepipe/Midlands. « Nous y travaillons. Nous devrions être prêts dans pas trop longtemps. Je pense que nous y verrons plus clair d’ici lundi prochain, mais il est évident que la dissolution aura lieu dans les jours à venir », avance Ajay Gunness, président du MMM. 

Au Parti travailliste (PTr), on dit être déjà sur le terrain. « Nos cellules sont actives au niveau de chaque circonscription », affirme son président, Patrick Assirvaden. Une équipe travaille sur l’image de Navin Ramgoolam, leader du PTr et challenger direct de l’actuel Premier ministre Pravind Jugnauth. Une autre équipe a été constituée pour rédiger le programme électoral rouge. 

Au Parti mauricien social-démocrate (PMSD) aussi les réunions de travail se font au quotidien. Au niveau de la quête d’alliance, c’est pour le moment le statu-quo. Alors qu’il n’y a pas de véritable contact soutenu avec le MSM, les choses n’avancent pas davantage avec le PTr. « On s’attend à une campagne électorale courte. Le mot d’ordre a déjà été lancé à nos animateurs pour qu’ils s’activent sur le terrain », affirme une source haut placée au PMSD. Reste qu’en l’absence d’un partenaire, il est difficile de finaliser la liste des candidats dans les circonscriptions. Puis au niveau des députés du parti, certains ont émis le souhait de changer de circonscription. « Mais tout dépend de l’éventuel partenaire », confie notre source.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !