Live News

Pravind Jugnauth: « There is always room for improvement »

« I am not saying that everything is perfect, there is obviously room for improvement, there is always room for improvement ».

Propos du Premier ministre, Pravind Jugnauth qui répondait à la Private Notice Question (PNQ) du leader de l’opposition ce mercredi après-midi 29 juin, à l’Assemblée nationale.

Elle était axée sur les cas de tortures policières alléguées. Xavier-Luc Duval voulait savoir si une enquête a été menée sur la capacité de l’Independent Police Complaints Commission (IPCC) à assumer ses responsabilités de manière efficace.

Le gouvernement est disposé à renforcer les effectifs de l’IPCC, a affirmé Pravind Jugnauth. Il a fait état de la décision du gouvernement de recruter cinq autres officiers pour travailler sur les plaintes en souffrance devant la commission. Selon le leader de l’opposition, il y  a 507 enquêtes en cours.

Le chef du gouvernement  a indiqué que pour l’année financière 2022/2023, le coût du personnel de l’IPCC a augmenté de Rs 10 millions à Rs 11 millions ce afin de faire face à l'augmentation de salaire suite au rapport du PRB 2021 et au salaire de deux employés supplémentaires recrutés en mars 2022 après un bilan des effectifs de la commission en termes de ressources humaines, a affirmé Pravind Jugnauth.

Le leader de l’opposition Xavier-Luc Duval a fait état de la «  lenteur » de la commission à compléter ses enquêtes. Il a fait référence au cas de Krishna Seetul (Ndlr : il avait en février 2020, porté plainte. Il a accusé des policiers de l’avoir torturé. La commission, selon Xavier-Luc Duval, a pris deux ans pour que le dossier soit référé au Bureau du Directeur des Poursuites Publiques (DPP).

Le leader de l’opposition a aussi déploré le fait que les six policiers arrêtés dans l’enquête sur les cas de torture allégués n’aient, selon lui, toujours pas encore été interrogés par l’IPCC. Xavier Luc Duval a aussi souhaité des amendements à la loi, pour qu’on attribue plus de pouvoir à l’IPCC, parmi celui d’arrêter un policier.

Pravind Jugnauth affirme que les enquêteurs de l’IPCC ont besoin de temps pour bâtir leur dossier à charge contre les six policiers incriminés.

L’autre critique du leader de l’opposition a trait aux moyens financiers à la disposition de l’IPCC. Selon lui, il y a un manque de véhicules pour que la commission puisse mener à bien ses enquêtes. Ce qu’a démenti le Premier ministre. Pravind Jugnauth a déclaré que les véhicules du PMO sont à la disposition de l’IPCC.

  • The news 218i Gran Coupé

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !