Live News

Pravind Jugnauth sur la «loi Bhadain»: «Le vote doit être selon la “party line”»

Pas question de voter selon sa conscience pour la loi Bhadain. Tels sont les propos de Pravind Jugnauth à l’issue du bureau politique du MSM samedi après-midi 7 novembre. « Avec une loi d’une telle ampleur, il faut un vote selon la “party line” », a déclaré Pravind Jugnauth. Pour Pravind Jugnauth, « même si les réflexions continuent autour du projet de loi au sein du MSM et que les débats ne se feront pas mardi prochain et que le vote sera pris dans un mois, il est important d’en discuter au sein du parti si la loi vient ». Y aura-t-il des amendements comme le demande l’Opposition ? « Je ne peux rien dire à ce stade, car on continue la réflexion », a précisé Pravind Jugnauth. Qu’en est-il de la position de la députée Danielle Selvon qui était absente de la réunion du bureau politique et qui a déclaré qu’elle ne voterait pas cette loi dans l’état qu’elle a été présentée ? [blockquote]« D’abord, je ne contrôle pas Danielle Selvon, puis c’était la moindre des choses qu’elle vienne s’expliquer dans les instances du parti, alors qu’elle a été invitée au bureau politique et qu’elle ait le courage de dire son opinion, si elle est sincère », a affirmé Pravind Jugnauth.[/blockquote] Y a-t-il dissension au sein des trois partis de l’alliance Lepep ? « Pas de commentaire », a lâché Pravind Jugnauth avant de s’engouffrer dans l’ascenseur pour aller au 10e étage animer le comité central du MSM. Quant aux autres membres du bureau politique qui ont bien voulu nous parler, les commentaires étaient les mêmes, mais en mode « off » : « Il faut suivre la ligne du parti. » « Nous discutons toujours. Un simple bureau politique ne suffit pas, il y aura une réunion élargie en présence du ministre concerné », a déclaré un autre membre. « In due course I will give my opinion », a dit un autre. « No comment for now », affirme un autre membre. « S’il faudra apporter des amendements, nous le ferons », soutient un autre membre. Une autre source nous indique que les discussions ont été franches, chacun apportant son opinion sur le Good Governance and Integrity Reporting Bill présenté à l’Assemblée nationale le 27 octobre par le ministre de la Bonne gouvernance Roshi Bhadain, qui est en mission à l’étranger en ce moment. Même ceux qui ont émis des réserves ont fait savoir qu’il faut « dilute » le Bill pour rallier la majorité de trois-quarts avec le soutien des deux députés rodriguais de l’OPR. Mais Pravind Jugnauth a fait comprendre aux membres du bureau politique que ce projet de loi « s’il vient » doit avoir le soutien et le vote de toute l’équipe de l’alliance Lepep. Trois députés du MSM, Danielle Selvon, Sudesh Rughoobur et Bashir Jahangee, ont exprimé des réserves sur le Good Governance and Integrity Reporting Bill.