Live News

Pravind Jugnauth: «Que Danielle Selvon démissionne comme députée»

Le leader du MSM a vivement réagi face aux propos tenus par Danielle Selvon sur Radio Plus samedi matin. Il l’a invitée à démissionner de l’Assemblée nationale et à briguer une nouvelle fois les suffrages. Pravind Jugnauth n’a pas digéré les propos de Danielle Selvon, députée du no 1, sur Radio Plus samedi. Il l’a fait savoir devant les membres du comité central du MSM samedi. Pour lui, l’élue MSM aurait dû venir s’expliquer au sein des instances. « Elle aurait dû venir au bureau politique et exprimer ses réserves. Or, elle a préféré faire des déclarations dans la presse. Il faut avoir des principes et faire preuve de loyauté. À l’heure où je vous parle, je ne sais pas si elle est toujours membre du MSM. Si elle n’est pas satisfaite de la performance du gouvernement, elle n’a qu’à démissionner comme députée et briguer les suffrages à nouveau. On verra si elle arrive à se faire réélire », a déclaré Pravind Jugnauth lors du comité central.

[blockquote]«J’assume…»[/blockquote]

Invitée à réagir, Danielle Selvon a indiqué qu’elle assumait ses propos. « Le parti ne m’a pas encore informée d’une quelconque décision. Aucun membre du comité central ne m’a appelée non plus. N’empêche que j’assume la responsabilité de tout ce que j’ai déclaré à la presse. Je ne retire pas une virgule. Le peuple m’a mise au Parlement et j’y resterai jusqu’à la fin de mon mandat. Je suis une représentante du peuple, élue sur la base d’une grande vague de popularité. Je resterai toujours la voix du peuple au Parlement et j’y reviendrai aux prochaines élections. À bon entendeur, salut ! » a-t-elle répliqué.

[blockquote]«Suivre les directives du parti»[/blockquote]

Dans la journée, Pravind Jugnauth a présidé le bureau politique du MSM. Il a indiqué à l’issue de la réunion que la discipline de parti sera appliquée pour ce qui est du vote du Good Governance and Integrity Reporting Bill le 4 décembre prochain. « Il s’agit d’une loi de grande ampleur. Naturellement, la discipline de parti (party line) sera de rigueur au moment du vote », a déclaré le leader du parti, Pravind Jugnauth, à sa sortie du bureau politique samedi.
Et d’ajouter que « la réflexion se poursuit autour du projet de loi » au sein du MSM. D’autant, a-t-il précisé, que « les débats sur ce projet de loi ne commenceront pas mardi prochain (10 novembre) et le vote aura lieu dans un mois ». Pour lui, il est « important » d’en discuter au sein du parti. Y aura-t-il des amendements, comme le demande l’opposition ? « Je ne peux rien dire à ce stade, car la réflexion se poursuit », a-t-il répondu.
[row custom_class=""][/row]

[blockquote]«Je ne contrôle pas Danielle Selvon»[/blockquote]

Interrogé par la presse, Pravind Jugnauth a commenté l’absence de la députée MSM Danielle Selvon au bureau politique et sa déclaration comme quoi elle n’allait pas voter le projet de loi dans l’état actuel (voir l’interview de Danielle Selvon en page 6). « D’abord, je ne contrôle pas Danielle Selvon. Ensuite, c’était la moindre des choses qu’elle vienne s’expliquer devant les instances du parti, surtout qu’elle a été invitée. Elle doit avoir le courage de venir exprimer son opinion, si elle est sincère », a lancé Pravind Jugnauth. Y a-t-il dissension au sein des trois partis de l’Alliance Lepep ? « Pas de commentaires », lâche Pravind Jugnauth, avant de s’engouffrer dans l’ascenseur pour aller au 10e étage animer le comité central. Plusieurs membres du bureau politique, sous le couvert de l’anonymat, ont souligné que les discussions ont été franches. Ils ont exprimé leur opinion sur le Good Governance and Integrity Reporting Bill. Soulignons que Roshi Bhadain, en mission à l’étranger, n’était pas présent au bureau politique. Plusieurs ont aussi manifesté leurs réserves, l’un d’eux indiquant même qu’il faut «dilute» le projet de loi afin de rallier la majorité de trois quarts. Toutefois, le leader du MSM a insisté que, si le projet de loi est présenté au vote, il doit avoir le soutien de toute l’équipe de l’Alliance Lepep.