Live News

Pravind Jugnauth : «Lorsque j’entends le leader du MMM parler de la démocratie, je ne peux pas m’empêcher de rire un bon coup»

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a critiqué l’action du leader du MMM, Paul Bérenger, et de son parti. C’était lors son «summing up» du Budget 2019-20 à l’Assemblée nationale, ce lundi après-midi 24 juin.

«Lorsque j’entends le leader du MMM parler de la démocratie, je ne peux pas m’empêcher de rire un bon coup. Dans quelle démocratie a-t-on vu un leader de l’opposition comploter avec un Premier ministre pour fermer le Parlement pendant neuf mois afin d’accoucher d’une alliance pour leurs intérêts personnels ? Paul Bérenger a fait cela lui sans scrupule en tournant en farce un poste constitutionnel. C’était un viol de la démocratie», a déclaré Pravind Jugnauth.

«Voilà pourquoi, le MMM dégringole», a souligné le PM. Il a ajouté «que l’hémorragie se poursuit tant dans l’hémicycle que sur le terrain.»

«Paul Bérenger et son parti se présentent comme un rempart contre la corruption et de temps en temps tentent de faire des leçons aux autres sur ce sujet. Paul Bérenger avait qualifié le Super Cash Back Gold de la BAI de Ponzi Scheme lors d’une PNQ adressée au ministre de Finances, Xavier-Luc Duval, en novembre 2013. La moralité version mauve a voulu que MMM empoche Rs 10 millions de la BAI de Dawood Rawat pour les élections générales en 2014 au moment où c’était le grand amour entre le Parti Travailliste (PTr) et le MMM. Voilà comment le MMM combat la corruption. J’en suis sûr que la population a pris bonne note», a déclaré le chef du gouvernement.

«Chemistry special entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger» pour Pravind Jugnauth

Le Premier ministre est aussi revenu sur les jugements intervenus dans les affaires Betamax et CT Power. «En donnant raison au gouvernement mauricien, le Conseil privé a mis fin à des actes diaboliques. Pour le MMM, n’est-ce pas aussi le ‘scandale du siècle’ », a ironisé Pravind Jugnauth devant les députés.
«Le MMM est soudainement tombé amoureux du PTr en 2014. On sait que l’amour rend aveugle que je ne savais pas qu’on pouvait être si aveugle que ça. Peut-être à cette époque ou encore aujourd’hui, il y a une chemistry special entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger», s’est interrogé le Premier ministre.

Puis, Pravind Jugnuth a évoqué les démissions successives des députés du MMM, à savoir celle d'Alan Ganoo, Jean-Claude Barbier, Joe Lesjongard, Danielle Selvon notamment. Ce qui a déclenché un brouhaha sur les bancs de l’Assemblée nationale. Le Premier ministre a continué de lancer des piques envers le parti mauve, en indiquant «se souvenir de la défaite du MMM lors de l’élection partielle à la circonscription numéro 18 (Belle-Rose/Quatre-Bornes) en 2017.»

Pour Pravind Jugnauth, «Paul Bérenger n’est plus un  leader d’opposition.» «Sur le terrain, les militants ont perdu tout espoir. Ils quittent le navire mauve qui va à la dérive. Et, quand le leader réclame des élections générales (anticipées), ils savent qu’une autre désillusion qui se profile à l’horizon», a avancé le Premier ministre lors de son discours.
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !