Live News

Pravind Jugnauth : «Il faut une nouvelle réforme de l’industrie sucrière»

Pravind Jugnauth a procédé à la remise des titres de propriété à 109 bénéficiaires ayant opté pour un lopin de terre à La Clémence, Rivière-du-Rempart, ce jeudi après-midi (Photo : Rajenee Panchoo)

L'industrie cannière vit des moments difficiles, selon le CEO du groupe Alteo. Le Premier ministre est lui catégorique : il faut une nouvelle réforme de cette industrie.

«Pena barer, bizin fer ene lot reforme», a lancé le Premier ministre en ajoutant qu'il faut une nouvelle réforme pour restructurer l’industrie sucrière.

Pravind Jugnauth participait ce jeudi après-midi 12 septembre à la remise des titres de propriété à 109 bénéficiaires ayant opté pour un lopin de terre à La Clémence, Rivière-du-Rempart.

«Nous avons un autre défi. Nous devons apporter une autre réforme», a affirmé  Pravind Jugnauth lors de son discours. Il précise que des experts de la Banque mondiale travaillent sur le sujet.

Si la contribution du sucre représentait autrefois quelque 27 % au Produit intérieur brut (PIB), ce secteur contribue moins de 1 % aujourd'hui.

Le chef du gouvernement estime que l'industrie sucrière aurait déjà fermé ses portes s'il n'y avait pas eu la première réforme. Réforme apportée lorsqu'il était ministre de l'Agriculture de 2000 à 2003.

«Ti pou bizin ale plante lezot zafer» 

«En septam 2000 si nou pa ti ena ene nouvo gouverman (l'alliance MSM-MMM avait remporté les législatives en septembre 2000, Ndlr), pa ti pou ena lindistri sikrier. [...] Si nou pa ti fer la reforme, si pa ti ale diskit avec l’Union Européenne, tou ti pou fini ferme. Ti pou bizin ale plante lezot zafer», a soutenu le Premier ministre en ajoutant «se enn leson ki bizin tirer de l’irresponsabilité de certains». 

Pravind Jugnauth en a profité pour lancer un appel à ceux qui ont de l’expérience dans le domaine : «Nou bizin zot lide.» 

Et d'ajouter : «Je tiens à rassurer l’industrie sucrière dans son ensemble que nous devrons prendre d’autres mesures à l’avenir».

Pravind
Pravind Jugnauth à son arrivée à Rivière-du-Rempart ce jeudi après-midi

Le chef du gouvernement affirme aussi que le rôle de l’industrie sucrière ne s’arrête pas à la production du sucre. Selon lui, il ne faut pas oublier la contribution  de ce secteur à l’environnement. Cette industrie, affirme-t-il, sert également à embellir notre pays. «Nous devons donc faire tout ce qui est en notre pouvoir pour garder cette industrie vivante et viable».

Lors de son discours, le Premier ministre a aussi rassuré les anciens employés de l'industrie sucrière : «Je suis là pour améliorer la qualité de vie de tout un chacun.» 

Dans la foulée, il est revenu sur la hausse de la pension de vieillesse qui passera de Rs 6 210 à Rs 6 710 à partir de janvier 2020. Il a une nouvelle fois promis que la pension serait amenée à augmenter à l’avenir.

Pravind Jugnauth a aussi fait le point sur d’autres mesures apportées par son gouvernement, dont le salaire minimum, l’éducation tertiaire gratuite et le Negative Income Tax.

Pravind

André Bonieux, CEO du groupe Alteo, lance un appel au PM 

Egalement présent à cette cérémonie, André Bonieux, Chief Executive Officer (CEO) d'Alteo, en a profité pour lancer un appel au Premier ministre, lui demandant de venir avec les réformes au plus vite pour «pouvoir sauver l’industrie sucrière». 

Il affirme que ce secteur fait face à beaucoup de difficultés financières en ce moment. «Jamais l’industrie n’a connu des résultats aussi catastrophiques », a-t-il conclu.


 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !