Live News

Poursuivi sous la PoCA : Sanjiv Kumar Babooa atterrit à la Maritime Training Academy

Alors que le procès qu’intente la commission anticorruption à Sanjiv Kumar Babooa, ancien Registrar de l’université de Technologie de Maurice, se poursuit, ce dernier a été nommé à la tête de la Mauritius Maritime Training Academy en septembre 2016.

Le procès intenté à Sanjiv Kumar Babooa reprendra en cour intermédiaire le 25 mai. L’audition des témoins se poursuit dans cette affaire qui date maintenant de cinq ans. L’ex-Registrar de l’université de Technologie de Maurice (UTM) a été arrêté en 2012 par l’Independent Commission against Corruption (Icac) sous l’article 7 de la Prevention of Corruption Act (PoCA).

À la suite de cette arrestation, il a été licencié en 2013. Mais en attendant l’issue de ce procès, Sanjiv Babooa a été nommé à la tête de la Mauritius Maritime Training Academy (MMTA). Nomination qui s’est faite en septembre 2016.

Plusieurs personnes avaient participé à l’appel à candidatures lancé pour ce poste. Selon nos informations, le panel des assesseurs comprenait notamment Romeela Mohee, l’ex-vice chancelière de l’université de Maurice, Jean Daniel Labonne, Deputy Permanent Secretary du ministère l’Économie océanique et Raj Hemansing Prayag, Chairman du Mauritius Oceanography Institute. Des candidats n’ayant pas été retenus pour le poste de Head de la MMTA se demandent : « Comment quelqu'un qui fait l’objet d’accusations provisoires de corruption et qui est confronté à un procès en Cour a pu être sélectionné ? »

«Le meilleur candidat…»

Parmi ceux qui ont côtoyé  Sanjiv Babooa, on laisse entendre qu’il serait « bien connecté » politiquement. « Il était proche d'un ancien ministre du Parti travailliste avant qu’il ne s’éloigne de ce dernier après ses démêlés à l'UTM », nous a confié une source.

On a aussi appris que quelques éléments de l’académie ambitionnaient d’être propulsés à ce poste et qu’ils se sont porté candidats lors de l’exercice de sélection. Interrogé sur le choix de Sanjiv Babooa, le ministre de l’Économie océanique Prem Koonjoo a dit qu’il ne savait pas que le principal concerné était poursuivi sous la PoCA. « Il a été choisi par un comité institué par le ministère. Je ne suis pas intervenu dans le processus. Il était le meilleur candidat à ce poste », a avancé le ministre. « De toute façon, laissons la justice suivre son cours. S’il est coupable, nous agirons en conséquence. »

Par ailleurs, dans un jugement rendu le jeudi 23 mars, la Cour suprême a maintenu la décision de l’UTM de licencier Sanjiv Babooa. La Cour a conclu qu’il n’y avait eu aucune irrégularité dans la procédure enclenchée par l’établissement tertiaire. Il est reproché à Sanjiv Babooa d’avoir embauché certaines personnes n’ayant pas les qualifications requises au sein de l’administration de l’UTM.

Nous avons tenté, par plusieurs moyens, d’obtenir sa version des faits, mais en vain. Nos tentatives pour l’avoir au téléphone, à son bureau à la MMTA, se sont soldées par un échec.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !