Faits Divers

Poursuivi pour corruption alléguée : la motion de Hau Hok Shui rejetée

Hau Hok Shui Hau Hok Shui devra retourner en cour le 23 mai 2019.

La cour intermédiaire a rejeté le mercredi 3 avril, une motion présentée par Hau Hok Shui, directeur de compagnie de 64 ans. Le prévenu, originaire de Chine, est poursuivi par l’Independent Commission Against Corruption (Icac) pour corruption alléguée.

Hau Hok Shui, gérant de plusieurs maisons de jeux, est accusé d’avoir le 25 juin 2012 offert un pot-de-vin de Rs 3 000, une lampe de poche, deux piles et 38 tournevis à un inspecteur de la Divisional Support Unit. Cela pour obtenir la garantie que ses maisons de jeux échappent aux inspections de police.

Le prévenu a plaidé non coupable et a présenté par le biais de son avocat, Me Yahia Nazroo, une motion pour arrêter son procès. Cela en invoquant l’abus de procédure. Son avocat a plaidé que l’enquête était « injuste, unilatérale et préjudiciable à l’accusé » dans la mesure où sa version n’a pas fait l’objet de vérification.

Enquête indépendante

L’Icac a objecté à la motion. La Commission anticorruption a répliqué que la défense n’a pu prouver sa motion. La magistrate Darshana Gayan a statué le mercredi 3 avril que la motion de la défense est « prématurée ». Elle a souligné que « cinq témoins de la poursuite ont déjà déposé, alors qu’il y en a 14 assignés au procès. Neuf témoins de la poursuite n’ont pas déposé ». La magistrate estime qu’il n’y a pas assez d’éléments devant elle pour lui permettre de se prononcer sur l’enquête menée dans l’affaire.

Elle a rejeté la motion. Le procès se poursuivra le 23 mai. L’Icac avait pris le relais de l’enquête policière. Cela à la suite d’une requête du Commissaire de police sous l’article 45 de la Prevention of Corruption Act. Selon l’Icac, son enquête fut « indépendante » de celle de la police et elle a recueilli de nouvelles dépositions du prévenu.