Faits Divers

Poursuivi pour complot : Juglaul Gowreeshankur écope de18 mois de prison

Juglaul Gowreeshankur avait plaidé coupable pour entente délictueuse.

Juglaul Gowreeshankur, âgé de 45 ans, a écopé de dix-huit mois de prison devant la cour intermédiaire pour entente délictueuse. Il avait ourdi un complot pour faire du tort à Jaylall Seemunto, causant sa mort le 8 avril 2005, à Bois-Marchand.

Initialement, Juglaul Gowreeshankur avait fait face à un procès devant la cour d’assises pour le meurtre de Jaylall Seemunto.  Le 10 février 2020, le Directeur des poursuites publiques (DPP) a décidé de le poursuivre devant la cour intermédiaire pour entente délictueuse. Juglaul Gowreeshankur était accusé d’avoir ourdi un complot avec Veekram Sepaul dans le but de faire du tort à Jaylall Seemunto. 

Cet homme de 59 ans, un guérisseur renommé dans la région de Plaine-des-Papayes, gisait dans une mare de sang au cimetière de Bois-Marchand, à Terre-Rouge. Il fut transporté à l’hôpital du Nord où les médecins n’ont pu que constater son décès.

 L’enquête menée par la brigade criminelle a abouti à l’arrestation de trois personnes, notamment Veekram Sepaul, 42 ans et résidant à Fond-du-Sac, Gilbert Emmanuel Boivin, 49 ans, demeurant à Roche-Bois, et Juglaul Gowreeshankur, un entrepreneur de 45 ans.  Quant à Veekram Sepaul et Gilbert Emmanuel Boivin, ils font face actuellement  à un procès aux assises

« Règlement de compte »

Il est ressorti, au cours de l’enquête de la police, que Jaylall Seemunto a été victime d’un règlement de compte. 

En cour intermédiaire, Juglaul Gowreeshankur avait plaidé coupable. Il était défendu par Me Dick Kwan Tat. Dans sa déclaration à la police, il est revenu sur le jour de l’agression de Jaylall Seemunto. Il a expliqué qu’il connaissait Veekram Sepaul. Il a affirmé que ce dernier lui a parlé de la victime comme étant un guérisseur.  Quelques jours plus tard, Veekram Sepaul est venu le voir  pour lui dire qu’il voulait récupérer l’argent qu’il avait remis à Jaylall Seemunto pour un « travail ». Mais, ce dernier, selon Veekram Sepaul, n’aurait pas tenu sa promesse.

Selon Juglaul Gowreeshankur, Veekram Sepaul lui a dit qu’il voulait donner une leçon à Jaylall Seemunto.  Ils ont alors échafaudé un plan pour agresser la victime. Ils se sont alors rendus à son domicile. Ils ont vu qu’il y avait beaucoup de personnes près de son domicile.

Juglaul Gowreeshankur a affirmé que Veekram Sepaul a voulu voir la victime seule. Cette dernière a donné rendez-vous à Veekram Sepaul au cimetière de Bois-Marchand. 

Par ailleurs, Juglaul Gowreeshankur a déclaré que Veekram Sepaul, Gilbert Emmanuel Boivin et un certain « Ravi » étaient venus au cimetière armés de barres de fer et de gourdins. C’est alors qu’il a compris qu’ils se proposaient d’agresser sévèrement Jaylall Seemunto.  Juglaul Gowreeshankur a déclaré que Veekram Sepaul lui a laissé entendre qu’il voulait tuer la victime. 

Juglaul Gowreeshankur  a affirmé qu’il a changé d’avis à l’arrivée de la victime au cimetière et qu’il est parti en la laissant en compagnie de ses amis. Ces derniers avaient mis leur plan à exécution et ont tabassé la victime à mort.

À l’énoncé de son verdict, la magistrate  Meenakshi Gayan-Jaulimsing souligne avoir pris en considération la déclaration de l’accusé à la police. Elle note que l’accusé a quitté les lieux en dépit du fait que ses amis avaient des armes en leur possession dans le but de tabasser la victime. 

Elle avance avoir pris en compte le lourd casier judiciaire de l’accusé. En raison de la gravité du délit, elle lui a infligé dix-huit mois de prison. Elle a, par ailleurs, ordonné que les 413 jours que l’accusé a passés en détention préventive soient déduits de sa peine.

Aux assises : Veekram Sepaul et Gilbert Emmanuel Boivin poursuivis pour meurtre 

Veekram Sepaul et Gilbert Emmanuel Boivin sont, quant à eux, poursuivis aux assises sous une accusation de meurtre de Jaylall Seemunto . Le 10 février 2020, lors de leur comparution, devant cette instance judiciaire, les deux prévenus avaient signifié leur intention de plaider non coupable. Le procès a été fixé pour être pris sur le fond du 23 au 31 juillet 2020. Veekram Sepaul et Gilbert Emmanuel Boivin sont défendus par Mes Shamir Hossany et Ravi Rutnah respectivement.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !