Actualités

Pour faute grave : Me Vedakur Rampoortab réclame Rs 10 M à la NPFL

Me Vedakur Sharma Rampoortab L’avocat voulait que la National Property Fund Ltd publie un mise au point.

Me Vedakur Sharma Rampoortab réclame Rs 10 millions de dommages à la National Property Fund Ltd (NPFL). Il lui demande également de publier une mise au point dans tous les quotidiens pour dire qu’il n’a pas été remboursé avant d’autres « policy holders », ni qu’il n’a bénéficié de traitement de faveur.

Dans une mise en demeure rédigée par l’avoué Hunchun Gunesh, Me Vedakur Rampoortab souligne qu’il a prêté serment comme avocat le 29 janvier 2013 et que, depuis, il pratique dans le privé. Il ajoute qu’il jouit d’une bonne réputation auprès de ses confrères du barreau, ses clients et du public en général.  L’avocat avait été invité à déposer devant la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ex-juge Paul Lam Shang Leen et ses deux assesseurs, Samioullah Lauthan et le Dr Ravind Domun.

Selon l’avocat Vedakur Rampoortab, le Premier ministre Pravind Jugnauth a rendu public le rapport de la commission sur la drogue, le 27 juillet 2018. Rapport dans lequel la commission mentionne que « (…) after the liquidation of BAI, he (Vedakur Rampoortab) succeeded in getting reimbursed before many… », se référant au fait que l’avocat ait été remboursé avant les autres investisseurs après le crash de la British Americain Investment (BAI).

« Vers une révision judiciaire »

L’avocat Vedakur  Rampoortab dément catégoriquement ces allégations. Il  déclare que, suite au crash de la BAI en mars 2015, il avait représenté les « policy holders» de Super Cash Back Gold (SCBG) afin qu’ils puissent récupérer leur argent. Tout en étant lui-même un « policy holder » du SCBG. Il avait organisé plusieurs réunions et était très impliqué dans des négociations avec le ministre de la Bonne gouvernance d’alors, afin qu’une solution soit trouvée. La NPFL avait été mise sur pied pour disposer des actifs de la défunte BAI.

Me Vedakur Rampoortab explique qu’il avait réclamé par écrit, le 7 août 2018, à la NPFL qu’elle publie une mise au point pour déclarer qu’il n’avait pas été remboursé avant les autres investisseurs et qu’il n’a jamais bénéficié d’un quelconque traitement de faveur au détriment des autres.

« Ce qui est d’ailleurs la vérité», maintient l’avocat dans sa mise en demeure. Il soutient que la NPFL avait effectué trois paiements le 30 juin 2015, le 30 juin 2016 et le 1er septembre 2017. Et que plusieurs autres « policy holders » avaient été payés à ces dates selon l’ordre alphabétique.

Me Vedakur Rampoortab dit avoir réclamé plusieurs informations de la NPFL, notamment son investissement total au SCBG Scheme et les différentes tranches payées. Cela dans le but de réclamer une révision judiciaire des conclusions de la commission d’enquête sur la drogue.

L’avocat maintient que la NPFL a failli à sa tâche en ne pas publiant cette mise au point et en ne lui communiquant pas les informations réclamées. Suite à la non-publication de cette mise au point, l’avocat estime sa réputation ternie et avance que sa famille et lui ont subi des préjudices. Ce qui constituerait une « faute grave ». Il réclame donc à la NPFL Rs 10 millions de dommages.