Faits Divers

Pour éviter de donner des explications à son épouse : Il se retrouve derrière les barreaux pour avoir inventé une histoire de vol

Rajen (prénom modifié), 30 ans, s'en mord les doigts. Il s'est fait prendre à son propre piège. Le 21 juin, cet habitant de Notre-Dame a consigné une plainte à la police de Terre-Rouge pour vol avec violence. Il a fait croire qu’il a été attaqué à Bois Marchand et que son cellulaire a été emporté.

Sauf qu'au cours de l’enquête, la Central Investigation Division (CID) de Terre-Rouge a découvert que ce n'était qu'une mise en scène de Rajen. En effet, ce dernier a voulu cacher à son épouse qu'il a remis le cellulaire comme garantie à un ami à qui il a emprunté de l’argent. Mais à aucun moment, il n’a pensé que ses propos lui auraient causé autant de soucis.

Dans la vie, Rajen est connu comme un homme sans histoire. Marié depuis quelque temps déjà, il est plutôt franc avec son épouse. Quelque temps de cela, comme il était à court d’argent, il a emprunté Rs 400 à un ami tout en lui promettant qu’il allait le rembourser dans deux semaines. 

Promesse qu’il n’a malheureusement pas pu honorer. Car le 21 juin dernier, lorsque Rajen a croisé son ami en chemin, ce dernier lui a réclamé son argent. Sa réponse était qu’il n’avait pas encore eu la somme requise. Pour rassurer son ami qu’il allait en effet lui rendre ses Rs 400, Rajen lui a alors remis le cellulaire de sa femme comme garantie. « Je lui ai dit que dès que j’aurais de l’argent, je m’acquitterais de ma dette », explique-t-il aux policiers.

Comment dire la vérité à son épouse ? En effet, le portable en question appartient à son épouse. Et, comme un problème ne vient jamais seul, Rajen s’enfonce encore plus. Pour expliquer la disparition du portable, il a cru bon d’inventer une histoire. C’est ainsi qu’il dit à sa moitié que son portable a été cambriolé.

Il dit à la police qu'il a été attaqué de dos par un homme qu’il décrit comme « chauve" « Il a vidé ma poche et a emporté Rs 50 et le cellulaire de ma femme», a-t-il ajouté. Le 16 juillet dernier, il a été convoqué par les limiers pour fournir plus de précisions. Soumis à un feu roulant de questions de la part des hommes du DSP Gukhool, Rajen a fini par tout avouer. Son coup monté l'a envoyé derrière les barreaux. Voilà une leçon que Rajen n’est pas prêt d'oublier. 
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective