Faits Divers

Pour attentat à la pudeur et pour avoir filmé la victime : sursis à un peintre de 39 ans

portable Il est poursuivi pour avoir filmé la victime lorsqu’ils s’embrassaient.

Un peintre de 39 ans a bénéficié d’un sursis devant la cour intermédiaire. Celle-ci a mis en suspens la peine de six mois de prison infligée à l’accusé reconnu coupable d’attentat à la pudeur et d’avoir pris des photos et fait des vidéos de la victime. Celle-ci était âgée de 15 ans au moment des faits en août 2015.

Le peintre aura à se présenter de nouveau en cour le 10 juillet 2019 pour savoir s’il est apte à faire des travaux communautaires.

Le peintre de 39 ans répondait de trois accusations, notamment d’attentat à la pudeur et de deux autres accusations de « taking indecent photograph of a child ». Au moment des faits, en août 2015, la victime était âgée de 15 ans.

La poursuite a soutenu lors du procès que l’accusé s’était livré à des attouchements sur la victime. Il a aussi utilisé son portable pour prendre des photos et filmer la victime à son insu.

En cour, l’accusé a plaidé coupable. Il a fait des aveux. Il a expliqué que la plaignante et lui-même entretenaient une relation amoureuse. Au moment des faits, l’accusé était âgé de 35 ans alors que la victime, était âgée de 15 ans. Il a admis avoir pris des photos de la jeune fille et filmé une fois alors qu’ils s’embrassaient.

À l’issue de son procès, le peintre a présenté des excuses à la cour. Il a expliqué sa situation familiale et a imploré la clémence de la magistrate.

À l’énoncé du verdict, la magistrate Nadiyya Dauhoo a déclaré que les délits commis par l’accusé sont très sérieux surtout qu’une adolescente en est la victime. « Vous avez fait usage de votre portable pour filmer l’adolescente et aussi de prendre des photos d’elle à son insu. C’est très sérieux ce que vous avez fait », a souligné la magistrate en s’adressant à l’accusé. Elle a noté toutefois qu’il n’y a pas eu de blessures physiques sur la victime, selon le rapport médical produit en cour.

Elle a infligé une peine de six mois d’emprisonnement au peintre sous chacune des trois accusations. Elle a, toutefois, suspendu la condamnation et a ordonné un rapport social sur l’accusé pour voir si ce dernier est apte à faire  des travaux communautaires.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • A loan with perspective