Live News

Poste de leader de l’Opposition : «Si Arvin Boolell pa pe pran, se Paul Bérenger», dit XLD

« Si Arvin Boolell pa pe pran, se Paul Bérenger ». C’est ce qu’a déclaré Xavier-Luc Duval a sa sortie de la State House, Réduit, ce mardi matin, 2 mars.

Le leader du PMSD y a été convoqué par le président de la République, Pradeep Roopun. Cela dans le cadre des consultations en vue de nommer un nouveau leader de l’opposition après qu’Arvin Boolell a soumis sa démission lundi après-midi 1er mars.

Dans une déclaration à la presse, Xavier-Luc Duval a déclaré ceci : « Si Boolell maintient sa décision, chose que nous ne souhaitons pas, j’ai dit au Président, que dans la situation de crise dans laquelle se trouve le pays, il nous faudra un leader de l’Opposition chevronné, qui comprend le travail et qui est actif et dynamique. C’est donc pour moi la personne idéale ».

Le leader du PMSD, qui est arrivé à la State House, à Réduit, aux alentours de 10h30, indique que la réunion a duré une trentaine de minutes.  XLD a aussi déclaré ne pas comprendre la démission de Boolell de son poste de leader de l’opposition, lundi 1er mars.  

Pour lui, cette décision du député rouge est « un mystère ».  Il insiste sur le fait que Boolell avait le soutien du PMSD, de même que celui du MMM, « pour li res kom lider lopozision ». Il dit avoir écouté la déclaration de Boolell hier, à la State House. « Mo pa finn gayn okenn eklersisman sur la vraie raison de sa démission ».  

Le leader du PMSD est « persuadé » que Boolell a fait face à des « pressions », pour démissionner. Et cette « pression » ne vient pas des partis de l’opposition, souligne-t-il.  Xavier-Luc Duval espère avoir plus d’éclaircissements ce soir, à l’issue de la réunion du PTr.

Pour rappel, selon la section 73(2) de la Constitution, le président de la République peut nommer un leader de l’opposition « dans son propre jugement délibéré, lorsqu’il y a un parti de l’Opposition dont la force numérique à l’Assemblée nationale est plus forte que la force de tout autre parti de l’opposition ».

Arvin Boolell a souligné n’avoir eu d'autre choix que de démissionner comme leader de l’opposition et que la décision qu’il a prise lui semblait la plus appropriée dans le contexte actuel. Il a expliqué qu’il ne pouvait rester sans réaction après les récentes déclarations politiques après la conférence de presse animée par le MMM/PMSD/Reform Party, sans le Parti travailliste (PTR).

En effet, le PTR avait été exclu lors de la conférence de presse du MMM/PMSD/Reform Party, jeudi dernier. Les trois partis ne veulent pas de Navin Ramgoolam comme Premier ministre en cas d'éventuelle alliance.

  • Mazda 3

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !