Live News

Post-inondations : procédure d’urgence activée pour la construction de drains

inondation Plusieurs maisons ont été inondées ces derniers temps, au grand dam des citoyens qui s’insurgent contre le retard dans la construction des drains.

Le ministère des Finances a émis une directive le 18 avril 2019 afin d’accélérer les procédures de construction de drains à travers le pays. Une décision prise à la suite des récentes inondations. Cette mesure a été rendue possible en activant la procédure d’urgence tombant sous la Public Procurement Act de 2006.

Les Normal Procurement Procedures pour les projets de construction de drains ont été suspendues. C’est ce dont fait état une directive émise par le ministère des Finances le 18 avril 2019 afin d’accélérer les procédures de construction de drains à travers le pays. Cette mesure a été rendue possible en activant les procédures d’Emergency Procurement tombant sous l’article 21 de la Public Procurement Act (PPA) de 2006.

Elle ordonne aux organismes, tels que la Road Development Authority, la National Development Unit (NDU), les collectivités locales, le ministère de l’Environnement et d’autres organismes impliqués dans les projets de construction de drains « to execute accordingly » la directive ayant pris effet le 18 avril 2019. La directive du ministère des Finances fait néanmoins ressortir que la procédure d’urgence peut être suspendue à n’importe quel moment par le Procurement Policy Office.

Le gouvernement a essuyé de nombreuses critiques pour le retard enregistré dans la construction de drains, notamment dans la région de Fond-du-Sac, où l’élu de cette région, le ministre Ashit Gungah, avait été bousculé par des habitants. C’était le 9 avril dernier.
L’Emergency Procurement avait également été utilisé par l’ancien ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo en 2013, à la suite des inondations meurtrières du 30 mars 2013 qui avaient fait 11 morts dans la région de Port-Louis. La décision d’Anil Bachoo avait, à l’époque, soulevé plusieurs controverses. L’opposition d’alors reprochait à la NDU, qui était alors sous la tutelle de l’ancien ministre, d’allouer des contrats de plusieurs millions de roupies sans appel d’offres.

Une fois au pouvoir en 2014, l’Alliance Lepep avait ouvert une enquête sur les contrats totalisant Rs 500 millions alloués par la NDU, sans passer par les procédures d’appels d’offres. Cette enquête avait mené à l’arrestation d’Anil Bachoo le 20 novembre 2015. L’ancien ministre des Infrastructures publiques s’était défendu en affirmant que c’était dans l’unique but de sauver des vies que son ministère avait dû avoir recours à cette mesure d’urgence.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !