Live News

Portrait d’un homme engagé - Prem Dookee : l’altruisme à l’état pur

Prem Dookee a toujours œuvré pour le bien-être des autres. Aujourd’hui, du haut de ses 70 ans et malgré quelques soucis de santé, il poursuit dignement sa mission : inculquer des valeurs aux jeunes et les éloigner des fléaux de la société en leur transmettant sa passion pour le judo. Rencontre avec un passionné de sport.

On ne le présente plus à Plaine-Verte. Prem Dookee, qui est né et qui a passé 64 années dans ce faubourg de la capitale, est de ceux qui ont à cœur le bien-être des autres. Sa mission : éloigner les jeunes des fléaux de la société et leur inculquer des valeurs. Il se sert du sport pour y parvenir. 
Âgé de 70 ans, cet ancien judoka, qui a décroché la ceinture noire 4e dan en 1995, est aujourd’hui l’entraîneur de 50 jeunes vivant à Vallée-des-Prêtres. « Le sport est l’antidote contre les poisons qui rongent la société », confie le septuagénaire qui a été et qui est encore très actif, tant sur le plan social qu’au niveau du sport ou encore de la photographie. 
En 1973, l’ancien footballeur a évolué comme arrière gauche dans l’équipe Black Belts. En 1980, il a lancé le premier Renshuden Judo Club à Vallée-des-Prêtres. Une fois installé, il a fondé un autre club de judo à Goodlands. C’était durant la décentralisation du sport après les Jeux des îles en 1985.

Durant sa carrière sportive, il a eu la chance de côtoyer plusieurs entraîneurs et athlètes. Il a également pu voyager dans plusieurs pays en tant qu’entraîneur, arbitre, accompagnateur et chef de délégation. L’Allemagne, la Russie, Dubayy, la Réunion, les Seychelles, Rodrigues et le Maroc sont les quelques destinations dans lesquelles il s’est rendu.

Prem Dookee a aussi eu la chance de suivre des cours de social organisés par le diocèse de Port-Louis en 1979. Il a une formation de maçon. Ancien employé du Bulk Sugar Terminal dans la section entretien, il a été président du syndicat représentant les intérêts des travailleurs de la firme en 1992 et 1993. D’ailleurs, en 2007, il a lutté contre les agissements de la direction qu’il déplorait, en entamant une grève de la faim. 
Amateur de photographie, il a, en 1995, raflé les premier, troisième et quatrième prix d’une exposition de photos organisée par le Cercle des artistes photographes. En 1997, il a créé le premier club du troisième âge de Vallée-des-Prêtres, région qui en compte aujourd’hui sept. 
C’est aussi lui qui a lancé une Credit Union pour venir en aide aux habitants. Il a également été le premier à créer le Mouvement civique pour le développement de l’endroit à travers une marche pacifique.

Père de trois filles et d’un garçon, il a opté pour le Voluntary Retirement Scheme en 2012. Aujourd’hui, malgré des soucis de santé, l’homme, qui est membre du comité de l’ASPL 2000 de Port-Louis, consacre son temps libre à transmettre sa passion pour le judo aux jeunes. 
Vice-président de la Fédération mauricienne de judo, Prem Dookee a toujours un pied dans l’administration aux côtés de Joseph Mounawah. Il a une soif insatiable de connaissances en judo car il souhaite en transmettre le plus possible aux jeunes. Son regret est que nombre d’entre eux ne profitent pas des infrastructures et des terrains synthétiques mis à leur disposition. 
Il se remémore son époque, où ses camarades et lui n’avaient pas de moyen de transport pour se rendre à l’école. Il fallait alors marcher. Il précise qu’il n’y avait pas les mauvaises influences et le fléau de la drogue qui gangrènent la société. S’il avait un message à adresser aux jeunes, ce serait le suivant : « Profit lokazion ki ena devan zot. Donn enn ti letan a zot fami e a zot mem. Kone ki pe pase otour zot. Fer inpe spor kouma lamars e sirtou, evit frekant bann karapat. » 
 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !