Live News

Port-Louis : ce qu’il faut retenir de la marche de l’opposition et de plateformes citoyennes 

Pendant un peu plus de deux heures, ils ont crié à tue-tête : « B… le deor » (BLD). Eux, c'étaient les participants à la marche organisée par les partis de l’opposition (travaillistes, mauves, bleus sans oublier les jaunes du Reform Party) soutenus par Linion Sitwayin de Bruneau Laurette et différentes plateformes citoyennes. 

Par Patrice Donzelot, Preity Ramessur-Bhoyroo, Fabrice Jaulim et Fernando Thomas

Pancartes en main, vêtus de quadricolores, très bruyants, les manifestants étaient venus pour une seule causse : réclamer le départ du gouvernement de Pravind Jugnauth. Ils ont attiré l'attention sur plusieurs « sujets de controverse dont ils attribuent les causes à la « mauvaise gestion » du gouvernement. D’autres ont même réclamé des élections générales anticipées.

Marche
La marche a démarré devant la mairie de Port-Louis (📷 : Waren Marie)

Fait notable : tous les manifestants n’étaient pas faveur de l’opposition non plus. A l’instar de cet homme vêtu d’un T-Shirt qui nous a expliqué  qu’il n’était pas venu soutenir les Jugnauth, Ramgoolam, Bérenger et Duval. S’il a participé à cette petite marche, c’est pour sa « sa petite île ».

Homme

D’autres manifestants ont voulu se démarquer. Comme ce petit groupe qui a fabriqué un cercueil à l’effigie du MSM et un Pinocchio en papier. 

Pinochio

Autre scène marquante : deux enfants arborant chacun une ardoise avec les mots suivants « Mo pan bwar di lait dir ziss oui » et « Malgre mo tipti mo ena drwa exprim mwa ».

Ardoise
📷 : Kamlesh Bhuckory

Cette marche intervient dans un contexte particulier, sur fond d’affaire Kistnen. Une affaire qui a forcé le ministre du Commerce, Yodiga Sawmynaden à démissionner de son poste mercredi. Il y a sept jours, Nando Bodha, considéré comme un fidèle du parti du Premier ministre, a démissionné de son poste de ministre des Affaires étrangères et de toutes les instances du MSM. « La situation dans le pays est devenue extrêmement grave. La culture du pouvoir et le fonctionnement du MSM ne correspondent plus aux valeurs et principes qui ont toujours marqué mon parcours politique », avait-il déclaré dans un communiqué de presse pour justifier son départ.

Nando
Nando Bodha et Paul Bérenger aperçus dans la foule (📷 : Kamlesh Bhuckory)

Cette marche a bénéficié du soutien de Bruneau Laurette, porte-parole de Linion Sitwayin. À lui-seul, il avait rassemblé des milliers de Mauriciens dans les rues de la capitale le 29 août dernier pour réclamer le départ du gouvernement.

>> La foule présente ce samedi 13 février vue du ciel :


Cette fois, les leaders des partis de l’opposition, notamment Navin Ramgoolam, Paul Bérenger, Xavier-Luc Duval, et Roshi Bhadain ont donné rendez-vous aux manifestants à 14 heures devant la mairie de Port-Louis. 

Présence remarquée de Nando Bodha aux côtés de ces leaders. Celle d’Ashok Jugnauth, ancien ministre MSM, n’est pas passée inaperçue non plus.

>> Quelques images prises lors de la marche ce samedi : 

Images

Des députés de l’opposition, des membres faisant partie de l’état-major des partis mentionnés plus haut étaient du nombre. 

Dans la foule encore, l’ancienne présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, l’ancien ministre de l’Éducation, Armoogum Parsuramen, Dev Jokhoo, l'ancien patron du National Security Service (NSS), et de Rajen Narsinghen, chargé de cours à l'Université de Maurice (UoM). Tout comme des syndicalistes, tel Atma Shanto. 

Dev Jokhoo
L'ancien patron du NSS, Dev Jokhoo

Du côté des «Avengers» (des avocats de la famille Kistnen), il y avait bien sûr Roshi Bhadain, qui est aussi le leader du Reform Party. Puis, Sanjeev Teeluckdharry. Les avocats Rama Valayden, ancien Attorney General, et Anoop Goodarry, n’ont pas participé à la marche.

Sanjeev
Sanjeev Teeluckdharry

D'anciens ministres comme Anil Gayan, Mukeshwar Choonee, l’ancien maire de Beau-Bassin/Rose-Hill, Ken Fong, membre du Muvman Liberater, Jean-Claude Barbier du Mouvement Patriotique, et le  Dr Vasantrao Gujadhur, ancien Director of Health Services au ministère de la Santé, ont marché aujourd'hui.  

Des membres de Rezistans ek Alternativ, et son porte-parole, Ashok Subron, mais des représentants du collectif Arret kokin nou la Plaz étaient représentés. 

Au son de vuvuzélas, les manifestants ont démarré la marche devant la mairie de Port-Louis scandant des «BLD». Le cortège est passé par la rue de l'Intendance avant de se rassembler devant l’Hôtel du gouvernement. Là, le leader de l’opposition et Bruneau Laurette se sont adressés à la foule. Car il était convenu que seuls ces deux personnalités s’adresseraient aux manifestants. Même si Navin Ramgoolam, Roshi Bhadain et d’autres politiciens de l’opposition ont fait des déclarations à la presse lors de la marche. Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval n’ont, eux, pas fait de commentaire. 

LeadersLeadersLeadersLeaders

« L’opposition parlementaire et extra-parlementaire et les mouvements citoyens doivent s’unir pour faire partir le gouvernement », a lancé Arvin Boolell. Le leader de l’opposition a annoncé la création d’un comité mixte pour poursuivre ce combat. D’autres mouvements de protestation sont prévus avant la reprise parlementaire, le 23 mars prochain, dit-il. 

Bruneau Laurette a, lui, affirmé que la prochaine étape sera de réclamer la démission du Deputy Commissionner of Police, Heman Jangi, patron du Central Criminal Investigation Department. Il s’est aussi posé des questions sur Agalega, affirmant qu’il souhaite que l’archipel ne devienne pas un Guantanamo.

Laurette kozer

Arvin Boolell et Bruneau Laurette ont ensuite effectué un sit-in devant l’Hôtel du gouvernement, en enjoignant les manifestants de faire de même. 

Le porte-parole de Linion Sitwayin s’est à un moment allongé à même le sol. Le rassemblement tirait alors à sa fin.  

Avant de partir, des manifestants ont brûlé le cercueil au nom du MSM qu’ils avaient porté lors de la marche. C’était devant l’Hôtel du gouvernement à Port-Louis. Ils ont aussi mis le feu à une effigie de Pinocchio fabriquée avec du papier. 


Certains manifestants ont refusé d'obtempérer aux instructions de la police.
 
16h20 : la police a tenté de disperser la foule.  « La police complice ! », ont scandé des manifestants. Sur ces entrefaites, Bruneau Laurette, de Linion Sitwayin, a tenté de calmer les esprits.

Finalement, la foule s’est dispersée petit à petit dans l’ordre vers 16h45. Non sans avoir scandé une dernière fois « BLD ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !