Xplik ou K

Pollution sonore à Baie-du-Tombeau : des résidents d’un morcellement au bord de la crise des nerfs

Pollution sonore

Ils ne peuvent supporter les agissements de deux bandes dites « rivales » à Morcellement Zenith, Baie-du-Tombeau. Les allées incessantes des voitures avec de la musique à fond la caisse (sans compter le fait que les conducteurs garent leurs voitures comme bon leur semble), ont eu raison de la patience des habitants qui ont sollicité la rédaction pour essayer de trouver une solution à leur problème. 

La musique adoucit les mœurs, dit-on. Mais à Chemin Trésor, Morcellement Zenith, Baie-du-Tombeau, c’est tout le contraire qui se produit. La musique, jouée à fond la caisse dans des voitures qui appartiendraient à des « nouveaux riches », pousse les résidents au bord de la crise des nerfs.

Une habitante n’en peut plus. Elle se plaint d’une musique trance jouée à full volume à bord de deux voitures teintées. « Pena ler pena minit. Le samedi et le dimanche, c’est pire. Nous les habitants de ce morcellement, nous ne pouvons rien faire. Il nous est impossible de regarder la télévision, d’écouter la radio, d’ouvrir nos fenêtres voire mettre le nez dehors. C’est insupportable », se lamente-t-elle.

« Nous avons appelé la police de la localité, nous avons appelé la Police de l’Environnement. Des officiers se sont pointés sur place, mais à leur départ, la musique trance a repris de plus belle », poursuit-elle.

Selon notre interlocutrice, ce serait une sorte de compétition entre deux bandes « rivales » de cette localité. À en croire cette habitante, dès que l’une s’arrête, l’autre reprend. « Parfois, se plaint-elle, ils garent leurs voitures carrément devant le portail des voisins. Pa mazinn pou sorti pou al dir zot pa met zot loto divan la port ».

Pour essayer de venir en aide aux résidents de Morcellement Zénith, la rédaction a contacté l’inspecteur Vishwanaden Ammasay de la Police de l’Environnement.  « On a le droit de jouer de la musique, mais il ne faudrait pas que cela importune les autres, a-t-il déclaré. Quand cela dépasse les bornes, la police prend des contraventions. Elle agira sous la Control of Noise Regulation 2008. L’amende ne dépassera pas Rs 50 000 pour une première fois. En cas de récidive, le contrevenant peut écoper de 12 mois de prison en sus d’une amende de Rs 100 000. Dans le cas de la dame, nous allons accentuer nos road-checks, concentrer nos opérations dans la région et effectuer des road-blocks. Nous allons intensifier nos patrouilles dans les environs. Si nous tombons sur des véhicules qui jouent de la musique au point d’importuner les résidents, nous allons arrêter le propriétaire ».

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !