Live News

Politique: chaude rentrée en perspective

Paul Bérenger, Mahen Jhugroo et Patrick Assirvaden prévoient une rentrée politique animée.
La rentrée politique ne manque pas de saveurs. Alors que les partis de l’opposition se réorganisent, voire se reconstruisent, l’attention du MSM se focalise sur le procès en appel de son leader, Pravind Jugnauth, qui débute ce mardi. Les fêtes de fin d’année terminées, les politiciens ont retrouvé leur rythme normal.  Les priorités sont cependant loin d’être les mêmes pour tout le monde. Alors que pour certains, il s’agira de consolider leurs assises, pour d’autres, il faudra tout reconstruire après une année 2015 catastrophique. Au Mouvement militant mauricien (MMM) le leader, Paul Bérenger, a présidé, vendredi, sa première réunion du bureau politique de l’année. Surtout pour passer en revue les événements politiques à venir et d’ébaucher un calendrier d’activités. Le lendemain, le parti a tenu un point de presse où il a annoncé la couleur en tirant à boulets rouges sur le gouvernement. De l’avis du leader de l’opposition, « il manque une équipe compétente à la tête du pays », estimant que 2016 ne sera « pas différente » de l’an dernier.

Présence sur le terrain

« Toutes nos instances régionales se réunissent la semaine prochaine. Nous avons demandé à tous les responsables de descendre sur le terrain car on va être davantage présents cette année, à travers des réunions de quartier, entre autres », explique Ajay Gunness, secrétaire général des mauves. Par ailleurs, le comité institué à l’issue de la journée de réflexions tenue le 1er mai dernier devra incessamment déposer son rapport. Ce groupe présidé par Steven Obeegadoo avait été mandaté pour proposer un plan de relance. Pour la majorité gouvernementale, et particulièrement pour son principal composant, le Mouvement socialiste militant (MSM), la présente semaine s’annonce particulière. En effet, le procès en appel concernant la peine d’un an d’emprisonnement infligée à son leader, Pravind Jugnauth, s’ouvre ce mardi en Cour suprême. Il va sans dire que l’issue de cette affaire aura une grande influence sur l’avenir politique de celui présenté jusqu’ici comme le dauphin de son père et le « Prime minister in waiting ». Au niveau de l’alliance gouvernementale, Mahen Jhugroo, député du MSM et Chief Whip, souligne qu’il s’agit avant tout de consolider ce qui a été semé durant cette première année à la tête du pays et cela, dans l’entente entre les trois composantes de l’Alliance lepep. Pour sa part, le Mouvement patriotique, née d’une dissidence au sein du MMM après la débâcle électorale de décembre 2014, fêtera sa première année d’existence. Cette formation qui compte cinq députés fera sa rentrée, lundi, avec une première réunion de son bureau politique. « À certains niveaux, on a bien fait jusqu’ici, mais à d’autres, il faut revoir la stratégie », confie Joe Lesjongard, le secrétaire général de ce parti. Parmi les choses qu’il faut, selon lui, peaufiner, c’est la communication. « Nous allons aussi revoir le fonctionnement de la collégialité pour avoir un meilleur partage des décisions et des responsabilités », ajoute-t-il. Joe Lesjongard concède que le parti n’a pas été très présent sur le terrain et qu’il compte y remédier. Du côté du Parti travailliste (PTr), les dirigeants se remettront au travail à partir du 15 de ce mois. Les rouges comptent tenir un important congrès en février où seront désignés les membres du comité exécutif. Le comité de reforme soumettra par la même occasion ses propositions. Les recommandations devront être avalisées par les différentes instances du parti avant d’être entérinées. Ce sera en quelque sorte l’année de la reconstruction après une année catastrophique. « En 2015, nous étions groggy, mais en 2016 nous accélérerons. Nous dénoncerons les actions du gouvernement sur le terrain », avance Patrick Assirvaden, le président du PTr.
Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !