Actualités

Political Financing Bill - Anil Gayan : «Nous honorons une promesse électorale»

« Nous ne cherchons pas la perfection mais un système propre et transparent. » Propos d’Anil Gayan qui trouve que cette loi viendra laver l’image « corrompue » que les membres du public ont des politiciens. Le ministre du Tourisme souligne que le financement des partis politiques par l’État ne garantit pas une baisse des dépenses électorales. « Nous ne faisons pas cavalier seul, nous honorons une promesse électorale. » Il a affirmé que cette loi est l’occasion de voir si l’opposition souhaite nettoyer le système ou pas. 

S’agissant des dépenses, Anil Gayan a souligné que les Rs 80 millions par parti pour une élection générale n’est que le seuil des dépenses. « Un parti n’est pas obligé de dépenser autant. Ce n’est que la limite imposée pour qu’il n’y ait pas de dépenses à outrance. » Anil Gayan a fait comprendre à la chambre que le gouvernement veut contrôler le financement des partis par des pays ou institutions étrangères. 

La raison est qu’il faut préserver la souveraineté de Maurice, car un pays pourrait influencer une élection à travers le financement d’un parti et plus tard c’est l’intégrité du pays sur le plan international qui serait menacée. Finalement, le ministre estime que la loi vient mettre un terme à la culture de « bases », un folklore mais aussi une source de désordre lors des élections.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !