Live News

Polémique - Traffic Branch : des examens de conduite effectués sans caméra

Une trentaine de caméras, importantes pour le déroulement des examens de conduite, sont défectueuses.

Depuis le début de l’année, les examens de conduite pour l’obtention du permis de conduire pour voitures se déroulent sans le ‘Road Eye Camera’. Sur un total de 44, trente appareils sont défectueux, fait-on comprendre au niveau de la Traffic Branch de la police. Ainsi, seulement 14 appareils sont utilisables pour satisfaire le nombre quotidien d’examens de conduite.

Selon une enquête, le centre d’examen des Casernes à Port-Louis, qui enregistre environ 200 examens de conduite quotidiennement, dispose de dix caméras. Opérationnel depuis environ cinq ans, le centre de Curepipe enregistre une cinquantaine d’examens par jour et dispose de deux caméras. Idem pour celui d’Argy, à Flacq, qui accueille une cinquantaine d’épreuves au quotidien et qui possède aussi deux appareils. Ce qui ramène le nombre total de caméras à 14. 

Candidats pénalisés

Ayant été mis au courant de la situation par le biais des examinateurs, les moniteurs d’auto-écoles sortent de leurs gonds. Ils dénoncent la tenue des examens qui se déroulent sans caméra. Leur inquiétude est que l’examinateur peut sanctionner un candidat pour des fautes mineures. « Nous sommes contre la façon de faire de la Traffic Branch. L’absence de caméras pénalisera les candidats, car ils n’auront aucun moyen de contester leurs résultats par faute d’images des examens», martèle un moniteur. Ce dernier redoute que les examinateurs peuvent également faire échouer un candidat en se basant sur de petites erreurs, comme le non-ralentissement à l’approche des feux de signalisation ou encore d’autres erreurs liées aux codes de la route. 

Contactée, l’association des moniteurs d’auto-écoles dénonce l’absence de « Road Eye Cameras » lors des examens de conduite. Le secrétaire de l’association, Manoj Rajcoomar, demande à la Traffic Branch de procéder à l’acquisition de nouveaux appareils au plus vite.

Corruption

Rappelons que ces appareils ont été introduits depuis environ 6 ans. Ils sont placés dans les véhicules afin de combattre la corruption entre aspirants conducteurs et examinateurs (qui sont en fait des policiers). Reliés aux batteries des voitures, ils enregistrent la tenue des examens. Ce n’est que vers la fin de la journée que les images sont visionnées au quartier général de la Traffic Branch aux Casernes centrales de Port-Louis. Il s’avère que le fil reliant les appareils aux batteries des voitures a été endommagé suite à la manipulation de l’appareil par les policiers examinant les aspirants conducteurs. 

Effectivement, la Traffic Branch de la police confirme qu’environ 30 caméras sont défectueuses et que seulement 14 appareils sont en bon état. Les 14 appareils, fait-on comprendre, sont placés dans les auto-écoles lors des examens. « La Traffic Branch a déjà enclenché les démarches nécessaires pour l’acquisition de nouveaux appareils. Les nouvelles caméras arriveront très bientôt », déclare-t-on.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !