Xplik ou K

Polémique sur les conditions des travailleurs à la CNT : la distribution d’uniformes et de chaussures pose problème

cnt Vifs échanges entre Sunil Gopal et un syndicaliste sur Radio Plus.

Les travailleurs de la Corporation Nationale de Transport (CNT) passeraient une « misère noire », selon un  représentant syndical. Il intervenait le mercredi 8 mai dans l’émission Explik ou Ka. Une mauvaise distribution des uniformes et des chaussures serait à l’origine de cette situation.

Les propos du représentant syndical à l’antenne ont suscité une vive réaction du responsable de communication de la corporation, Sunil Gopal. Celui-ci a apporté un démenti formel aux allégations du représentant syndical disant que si les travailleurs étaient maltraités, comment expliquer que les demandeurs d’emploi se bousculent devant les portes de la Corporation nationale de transport (CNT) ?

En début même des hostilités, le syndicaliste, adoptant un ton énergique, s’est penché sur « ce que les travailleurs de la CNT ont a enduré depuis ces quatre dernières années. » Les uniformes et les chaussures ne sont pas mis à leur disposition à temps, allègue-t-il. À la fin de l’émission, il devait souligner la différence qui existe entre la tenue vestimentaire des travailleurs de la CNT et celle des autres compagnies de transport.

Cette année encore, les uniformes n’ont pas encore été livrés. Pour ce qui est des chaussures, la compagnie alloue un montant de Rs 400 pour permettre aux travailleurs d’en faire eux-mêmes l’acquisition. « Mais il ne leur est pas possible de se procurer d’une paire de chaussures en peau comme le prévoit la loi. Ils doivent se contenter de chaussures synthétiques », fait ressortir le syndicaliste. Ailleurs au garage, dit-il, « il y a des mécaniciens qui portent des savates-éponge, s’exposant ainsi au danger. »

La réplique

Adoptant lui aussi un ton sévère, Sunil Gopal a répondu qu’il n’y a « aucune misère » que doivent endurer les travailleurs. D’ailleurs, lorsqu’il y a des recrutements, les candidats montrent beaucoup d’intérêt (ndlr aux postes). Lorsque l’argent est remis aux travailleurs pour qu’ils s’achètent leurs paires de chaussures, c’est toujours dans le cadre de consultations avec le syndicat.

Le dialogue est un principe qui est scrupuleusement observé, insiste-t-il. Ainsi, la distribution des chemises et des pantalons a commencé avec un léger retard (d’un jour) et dans un mois la compagnie aura terminé tout l’exercice de distribution.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor