Live News

Polémique autour d’une Agence matrimoniale : une fraude de Rs 1 million dénoncée à la FSC

Un comptable d’une agence matrimoniale, a porté plainte auprès de la Financial Service Commission (FSC) pour une fraude avoisinant Rs 1 million. En revanche, le directeur nie les faits. Il affirme faire du « social » en aidant les personnes à trouver l’élu de leur cœur et attend de pied ferme les officiers de la FSC.

De nos jours, l’amour avec un grand A est difficile à trouver, surtout pour les personnes qui veulent passer leurs vieux jours en douce compagnie. C’est pourquoi une agence matrimoniale sise à Curepipe, propose à ses clients de les accompagner pour faire la bonne rencontre. Son directeur se retrouve sous les feux des projecteurs suite aux allégations de son comptable. Pourtant, il est catégorique : « Je n’ai reçu aucune convocation. Ni la FSC ni le ministère du Travail ne nous ont rendu visite. J’attends donc et je leur répondrais le moment voulu. Je fais un travail social en réunissant les personnes. Je n’ai rien d’autre à ajouter. No comments », a-t-il déclaré.

Le « travail social » qu’il évoque est très bien rémunéré, car pour rencontrer l’amour, un client doit débourser Rs 3 000. S’il trouve l’élu de son cœur, il doit payer Rs 7 000, tarif pratiqué pour les Mauriciens. Les étrangers à la recherche d’un partenaire mauricien doivent payer Rs 15 000.

En fait, l’expert-comptable de l’entreprise, qui a fait une déposition au ministère du Travail pour non-paiement de ses salaires et à la FSC pour escroquerie. Cet ancien membre de la Vacoas Popular Multi Purpose Cooperative Society Ltd, qui a travaillé pour des institutions mondiales, a envoyé sa plainte à la FSC sur son site officiel. « J’ai dénoncé le directeur et c’est à la FSC de faire son enquête sur plusieurs cas que j’ai dénoncés », nous a-t-il confié.

Il soutient que certains clients patientent depuis des mois pour trouver un partenaire. Tel est le cas pour Pierre. Cet habitant de Curepipe de 67 ans a attendu neuf mois sans avoir de matching. L’expert-comptable relate : « Ce client a eu une prise de bec avec le directeur, parce qu’il voulait être remboursé, en vain. » Un autre cas est celui d’une veuve de 62 ans qui cherchait un compagnon. Après sept mois d’attente, n’ayant pas trouvé l’amour, elle a demandé à être remboursée, mais elle n’a pas obtenu de réponse favorable.

Un préposé à la Financial Services Commission (FSC) : « Nous allons enquêter »

La Financial Services Commission (FSC) a été sollicitée pour une déclaration concernant ce cas d’extorsion.  « Nous allons enquêter afin de faire la lumière sur cette affaire. L’organisme retournera vers vous, c’est certain », nous a-t-on indiqué.

Les victimes invitées à consigner une déposition

Au niveau de la Major Crimes Investigation Team (MCIT), on avance qu’il s’agit bel et bien d’un cas d’escroquerie et d’extorsion. « Nous invitons les victimes à consigner une plainte à la police. Des actions seront immédiatement enclenchées, afin de mettre la main sur le directeur de l’agence, car il s’agit d’une affaire d’escroquerie se déroulant au grand jour », a indiqué un haut gradé de la MCIT. Il fait comprendre que l’enquête policière déterminera s’il y a un quelconque délit de blanchiment d’argent dans cette affaire. « Vous savez, tous les moyens sont bons pour faire de l’argent. C’est dommage que des escrocs profitent de la faiblesse d’autrui pour s’enrichir », poursuit la police. 

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !