Politique

Point de presse : le gouvernement salue la position du cardinal Maurice Piat

Etienne Sinatambou a dénoncé la « mauvaise foi » de l’opposition.

Le porte-parole du gouvernement, Etienne Sinatambou, fait appel à la conscience de Xavier-Luc Duval, car celui-ci a récemment parlé de communauté. Le ministre s’est aligné sur ce que le cardinal Maurice Piat et l’archevêque Ian Ernest ont dit sur le recensement de la population. Il ne s’est cependant pas prononcé sur la nomination d’Ammanah Saya Ragavoodoo à l’Electoral Supervisory Commission et à l’Electoral Boundaries Commission. Nomination officialisée cette semaine par le président de la République par intérim.  

« Nous nous alignons sur ce que le cardinal Maurice Piat a dit lorsqu’il qui s’est prononcé, à juste titre, contre le recensement de la population sur une base ethnique », a souligné le ministre de la Sécurité sociale et de l’Environnement, qui animait un point de presse, samedi, au Sun Trust, en sa qualité de porte-parole de la majorité gouvernementale. « L’archevêque Ian Ernest, le chef de l’Église protestante à Maurice, qui a aussi pris position de manière catégorique contre un recensement de la population sur une base ethnique. Je suis tout à fait d’accord quand il dit que l’église n’accepte pas la division. C’est la position du gouvernement. On ne veut pas de la division », a-t-il affirmé. Il se dit attristé par la prise de position de Xavier-Luc Duval, qui a parlé de communauté. « Ce sont des propos qui peuvent être mal interprétés. Ce sont des propos qui peuvent enflammer des conversations. Je fais appel à sa conscience. Il ne faut pas venir enflammer, diviser et fragmenter la population », a-t-il dit.

Etienne Sinatambou a souligné qu’on avait vu la mauvaise foi de l’opposition qui, avec la Private Notice Question (PNQ) de mardi dernier, a voulu démontrer que le pays était à risque. « C’est choquant, car le rapport de 2017 n’a pas fait une analyse des critères de 2017. Depuis 2015, il y a eu plusieurs mesures, notamment un National Disaster Scheme, le National Disaster Risk Reduction Management Council, la Land Drainage Authority Act et la nouvelle Local Government Act », a-t-il indiqué. 

Maurice plébiscité à l‘international

Le député Zouberr Joomaye a, pour sa part, souligné que le World Bank Doing Business Report classait Maurice à la 20e position sur les 190 pays en ce qui concernait l’environnement propice pour faire du business. Il a ajouté que l’indice Mo Ibrahim avait, une nouvelle fois, situé Maurice à la première place concernant la bonne gouvernance. Il a aussi souligné que c’était seulement deux personnes du Fonds monétaire international qui avaient trouvé que le pays est propice à l’évasion fiscale, alors que certains ici peignent tout en noir. « MCB Focus a revu la croissance à la baisse. On estime que la croissance va atteindre les 3,9, voire 4 %. Le rapport du MCB Focus n’est pas correct. Il y a plusieurs questions qui se posent sur la méthodologie adoptée par MCB Focus », a souligné le député.

Le travail de l‘Adsu

Le Chief Whip Bobby Hurreeram a, lui, souligné que plusieurs personnes avaient « zet labou » sur l’Anti Drug and Smuggling Unit (Adsu), mais que le Premier ministre a toujours eu confiance en cette unité. « Au début de la semaine, il y a eu la saisie de 110 kilos d’héroïne. On se demande s’il y a un lobby pour démanteler l’Adsu. On ne peut pas blâmer tout le département s’il y a quelques brebis galeuses », a-t-il dit. 

Sur l’amendement du Judicial and Legal Provisions (No. 2) Bill, notamment sur les amendements à l’Information and Communication Technologies Act, Bobby Hurreeram a souligné que le gouvernement se devait de proposer des mesures pour protéger la population. « En aucun cas, l’amendement ne va porter atteinte à la liberté d’expression. Les amendements vont responsabiliser les Mauriciens sur ce qu’ils postent sur la Toile », a-t-il dit.