Actualités

Plus de 200 enseignants attendent leur lettre de transfert 

Grande rentrée des classes ce vendredi 10 janvier 2020. C’est le jour où se déroulera l’exercice d’admission des élèves des Grades 1 et 7. Le lundi 13 janvier, ce sera au tour des autres élèves de reprendre le chemin de l’école. Au niveau des collèges, certains recteurs et enseignants appréhendent que cette reprise soit ponctuée de sérieux problèmes. La cause : 200 à 300 enseignants attendent toujours une réponse par rapport à la demande de transfert qu’ils ont formulée. 

Pour que la rentrée se déroule sans anicroche, la liste aurait dû, dans l’idéal, être disponible depuis décembre, selon Soondress Sawmynaden, président de l’Association des recteurs et des assistants recteurs. « L’exercice autour du transfert aurait dû être complété depuis décembre. En tant que recteurs, il est important pour nous de planifier la rentrée avant que les élèves reprennent le chemin de l’école. Nous avons tout un planning d’allocation des classes à faire dès le début », s’inquiète-t-il. 

Il explique que le « time table » des classes a déjà été fait en fonction des enseignants déjà en poste. La donne changera certainement avec l’exercice de transfert. « Il faudra refaire ce travail », regrette-t-il. Soondress Sawmynaden précise qu’il y a des conditions à respecter en préparant l’emploi du temps. « Nous devons respecter les convictions religieuses de chacun, par exemple. Prenons le cas d’un recteur ayant déjà planifié qu’une matière spécifique sera enseignée le vendredi après-midi. Si le cours est dispensé par une personne de confession musulmane, cela posera problème. Cette dernière devant se rendre à sa session de prière du vendredi, nous devrons alors revoir le Time Table. Cela ne pose pas de problème en temps normal, à condition que nous ayons toutes les données en avance. » 

Quid des enseignants au sein des douze collèges qui seront convertis en académies ? Ils peuvent aussi être concernés par l’exercice de transfert, indique Soondress Sawmynaden. « Ce cas de figure serait regrettable. Ces enseignants ne connaissent pas totalement la nouvelle pédagogie destinée aux élèves des Grades 7 à 9. Elle a été adoptée dans le cadre de la réforme éducative. Si certains sont transférés, ils ne pourront pas faire le travail comme il faut », prévient-il. 

Yugeshwar Kisto, président de la Government Secondary Schools Teachers Union (GSSTU), partage son avis. Il déplore, pour sa part, qu’aucun formulaire n’ait été distribué aux enseignants, comme cela se fait habituellement au cas où certains souhaiteraient être transférés. « Pour l’exercice de 2020, il a été demandé à ceux qui veulent un transfert de faire connaître et d’envoyer une lettre au ministère », dit-il. 

Il regrette aussi que la GSSTU n’ait pas été consultée pour discuter des cas, comme cela se fait en général. « Nous déplorons l’opacité autour de l’exercice de transfert. La rentrée n’aura pas lieu dans les meilleures conditions », pressent-il.  

Les officiers au sein du ministère s’activent pour dévoiler au plus vite cette liste tant attendue. Nous apprenons qu’une équipe a été constituée et mandatée pour s’occuper de cette tâche, vu que le responsable est tombé malade. Un préposé nous a indiqué que le nécessaire se fait et que ceux concernés par un transfert en seront bientôt informés.

Certains des critères pris en compte 

Voici quelques-uns des critères dont tient compte le ministère avant de décider d’accéder ou pas à la demande de transfert d’un enseignant : 

  • Cause de maladie
  • Celui-ci a déjà fait dix ans dans le même collège (dans certains cas, le transfert d’un enseignant est automatique au bout de dix d’années de service au sein du même collège)
  • Changement d’adresse

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !