Live News

Plainte constitutionnelle : Lindsey Collen conteste le pouvoir accordé au Premier ministre de retirer la citoyenneté mauricienne

Lindsey Collen-Seegobin a obtenu la nationalité mauricienne en 1986.

La porte-parole et membre fondatrice du Muvman Liberasyon Fam craint de perdre sa citoyenneté mauricienne. Lindsey Collen-Seegobin a donc décidé de saisir la Cour suprême. Dans une plainte constitutionnelle rédigée par l’avouée Ayesha Jeewa et déposée ce vendredi, elle conteste les articles 39(4)(f) de l’Immigration Act de 2022 et 11(8) de la Mauritius Citizenship Act. Lindsey Collen réclame que ces deux articles soient déclarés nuls car ils sont, selon elle, en violation des articles 17 et 83 de la Constitution.

Née en Afrique du Sud, Lindsey Collen est mariée au Dr Ram Seegobin. En 1974, le couple s’est installé définitivement à Maurice, dans la région de Bambous. Le 15 septembre 1986, la jeune femme a obtenu la nationalité mauricienne, après avoir renoncé à sa citoyenneté britannique. Auteur de plusieurs ouvrages, Lindsey Collen est connue pour ses divers engagements dans la société mauricienne. 

Le 27 juillet dernier, l’Immigration Bill a été voté à l’Assemblée nationale. L’article 39(4)(f) du texte de loi amende l’article 11 de la Mauritius Citizenship Act par cet ajout : « The Minister may, in his absolute discretion and without giving any reason, deprive any person of his citizenship of Mauritius, if he has reliable information and is satisfied that it is in the interest of defence, public safety or public order ». 

La plainte constitutionnelle de Linsey Collen, qui a retenu les services de Mes Antoine Domingue et Jean Claude Bibi, sera appelée devant la Cour suprême le 27 octobre 2022. 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !