Live News

Pétitions électorales : «Certains pe al fini zot carrière politik dan la honte», s’indigne Pravind Jugnauth

«Mo trouve sa franchement surtout en fin de carrière pour certains, pe al fini zot carrière politik dan la honte. Nwaye et kontinie nway dan la honte». C'est la réaction du Premier ministre, Pravind Jugnauth, sur une série de pétitions électorales déposées par le PTr, le MMM et le PMSD en Cour suprême pour contester le déroulement des élections générales du 7 novembre et les résultats dans certaines circonscriptions.

Le Premier ministre répondait aux questions de la presse au bâtiment du Trésor, ce vendredi après-midi 29 novembre. Pravind Jugnauth avait animé une conférence de presse pour annoncer le quantum de la compensation salariale et le nouveau montant du salaire minimum. 

Même si le chef du gouvernement a précisé qu’il n’a pas encore pris connaissance de ces pétitions électorales,  il s'est montré très critique à l'égard du leader du MMM, Paul Bérenger, particulièrement. 

«Zame mo ti atan ki pou ena ban dimoun kouma Paul Bérenger, Navin Ramgoolam mo met li dan enn lot categorie, peut-être mem Xavier Luc Duval à la limite, me mo dir sirtou Paul Bérenger, zot pou montre enn mank de respect total enver ban institutions ki fin fer la fierte de nou pei. (…) La Commission électorale est totalement indépendante et elle a accompli son travail comme il se doit», a souligné Pravind Jugnauth. 

« Zot neither king nor kingmaker » 

Et d’ajouter, «kan perdi enn eleksyon, mo kapav compran ki ena boku sagrin. Ena ti pe calcule zot pou vin king ou kingmaker. Zot neither king nor kingmaker, zot pe dimimue encore plis kan guet rezilta. Ou kapav pa kontan, deçu me de la vin tir ou deception e atak enn institution ki fin fer la fierte de nou pei, mo bizin dir ki pe perdi la tet et gat limaz de nou pei (…)». 

Selon le chef du gouvernement, «listwar pe ekrir ki sa ban perdant la se ban move perdant. Se pan enn democrate. Un vrai démocrate accepte la défaite. Moi aussi, j'ai déjà été battu dans le passé. Me zamai monn al atak ni monn deman recount». 

Répondant à une autre question ayant trait aux électeurs qui n’ont pas pu voter lors du scrutin du 7 novembre car leurs noms n’étaient pas affichés sur le registre électoral, Pravind Jugnauth a déclaré ceci : «Chaque citoyen a le devoir d’assurer que son nom figure sur le registre électoral. (…) In vin mem allégué ki sa inn fer avec lintensyon pou pa enregistre enn certain nombre ban dimoun lor baz ethnik. Incroyab sa ! Se enn atak direk la commission électorale».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !