Actualités

Pétition : des victimes demandent une commission d’enquête à Kenyatta

Uhuru Kenyatta

Profitant de la visite d’État qu’effectue le président kenyan, Uhuru Kenyatta, un groupe de personnes, se présentant comme des victimes de la BAI, lui demandent la mise sur pied d’une commission d’enquête pour « faire la lumière sur le pire scandale qui a jeté deux pays dans une tourmente financière ».

Dans une pétition adressée au Président kenyan, référence est faite au démantèlement de la BAI au début de 2015. Pour les dénonciateurs, ceci résultait d’une « vendetta politique du gouvernement de l’Alliance Lepep après de prendre le pouvoir ». L’objectif étant, selon eux, de « détruire politiquement et financièrement leur principal opposant politique, Navin Ramgoolam, ex-Premier ministre. Afin d’atteindre leur agenda politique, ils ont aussi décidé de détruire tous ceux dont ils croyaient qu’ils soutenaient financièrement Navin Ramgoolam ».

S’ils en appellent à Uhuru Kenyatta, c’est parce que le Kenya était également concerné par cette affaire. La BAI était le principal actionnaire de Britam Kenya, une des principales compagnies d’assurance de ce pays. Les signataires de la pétition destinée à Uhuru Kenyatta ciblent la vente des 23 % d’actions que détenait l’ex-BAI au sein de Britam Kenya en juin 2016 à Plum Holdings pour la somme de Rs 2,4 milliards.

Ils soutiennent qu’une commission d’enquête au Kenya, à l’instar de celle mise sur pied à Maurice, pourrait permettre de voir si cette vente s’est faite en respectant les lois kenyanes ou si une partie a été plus avantagée qu’une autre.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !