Xplik ou K

Petit-Verger, Saint-Pierre : le panneau qui dérange sur Chemin Le Pouce

panneau Le panneau interdit l’accès aux véhicules.

Quel est son intérêt ? Un panneau, censait prévenir contre tout danger d’éboulement, semble avoir été placé sur le sentier menant vers la montagne du Pouce, sans consultation avec le conseil de district de Moka, ni avec les habitants qui protestent.

Nundun, la trentaine, habite Petit-Verger, à Saint-Pierre. Il se plaint d’un panneau qui a été placé au beau milieu de la voie menant vers Le Pouce. Selon lui, « ce panneau aurait été installé avec l’aval du conseil de district de Moka ». L’habitant proteste, car ce panneau bloque l’accès du chemin à tout véhicule. Ce qui n’est pas sans conséquence pour le jeune homme qui a aménagé un poulailler dans la région. « Le véhicule que j’utilise pour transporter la nourriture de mes volailles ne peut plus passer. Comment maintenir mon activité ? Faute d’accès, ma camionnette n’a pu arriver jusqu’au poulailler. Ce panneau a été placé entre le 14 et le 15 juin dernier. Sans nourriture et sans eau, des volailles sont mortes le dimanche suivant », affirme Nundun.

« C’est un véritable problème, avec la perte de ces poules, c’est mon gagne-pain qui est menacé », soutient-il. « Mon père est âgé et habite non loin de là, comment ferions-nous s’il tombe malade ? Une ambulance ou tout autre dispositif médical ne pourra pas accéder à la maison à cause de ce panneau installé au milieu du chemin », peste-t-il.

Renseignement pris, la rédaction a appris que le panneau a été placé non par le conseil de district de Moka, mais par le National Disaster Risk Reduction and Management Centre (NDRRMC) pour prévenir les visiteurs contre les risques d’éboulement dans la région. Cependant étant donné que le logo du conseil de Moka figure sur le panneau, la rédaction s’est entretenue avec son président, Vijay Busawon.

« Ce n’est pas le conseil de Moka qui a placé ce panneau, mais le NDRRMC. À l’heure qu’il est, il est trop tard pour qu’on fasse quelque chose. À mon niveau, il faudra m’entretenir avec eux pour voir ce qui pourrait être fait. Je demanderai au plaignant d’être patient en attendant qu’une solution soit trouvée. Entre-temps, je me rendrai sur place pour un état des lieux et pour penser à des mesures appropriées », dit-il.

Nundun s’étonne : « Éboulement ? Le dernier connu date de bien longtemps. Depuis, plus rien de la sorte ! » Il explique que la région est très fréquentée par les touristes amateurs d’excursions. « L’endroit a un cachet particulier, hélas, il n’est pas entretenu. Des vandales sévissent et transforment les lieux en dépotoir sauvage. Avec cette obstruction, ni les autorités ni la police ne pourront sévir contre ceux qui enlaidissent l’environnement et jettent leurs déchets sans vergogne n’importe où. Tenez dans le kiosque, des gens boivent et jettent leurs bouteilles ou leurs cannettes de bière sur place. Parfois, je nettoie à mes frais. Je gagne ma vie grâce aux touristes, il faut les accueillir dans un endroit propre et bien entretenu. »

panneau
Un habitant se dit pénalisé par la situation.