Explik Ou Ka

À Petit-Raffray : pas d’eau pour Christelle et ses deux enfants

Christelle, 32 ans, une habitante d’Indira Gandhi Road, Petit-Raffray, se plaint d’un manque singulier d’eau. Cette mère célibataire élève deux enfants. Ce problème perdure depuis quatre ans et affecte d’autres familles, dit-elle.

«C’est en 2010, que j’ai entrepris des démarches pour obtenir un compteur. À la Central Water Authority (CWA), on m’a dit que faute de conduite principale (main line), on ne pourrait pas me connecter », explique Christelle, 32 ans.

Deux ans plus tard, selon cette habitante d’Indira Gandhi Road, Petit-Raffray, « j’ai remarqué que plusieurs maisons ont été construites dans l’endroit. Comment donc les propriétaires ont-ils fait pour avoir de l’eau ? Je suis allée de nouveau me renseigner auprès de la CWA. Après pas mal de problèmes, j’ai finalement été connectée au réseau. Mais la fourniture en eau potable n’est guère satisfaisante. L’eau commence à couler vers 17 heures et s’arrête vers 20 h 30.

La pression est tellement faible que je n’ai jamais le temps de stocker suffisamment d’eau. Le lendemain, quand je me lève vers 5 heures, l’eau ne coule pas encore du robinet. Comme je vais travailler, je ne peux dire exactement quand l’eau commence à couler, et quand elle s’arrête dans la journée. Par contre, je peux assurer que la pression est insuffisante. J’ai fait installer un réservoir, mais il ne se remplit jamais », s’indigne la jeune maman.

Factures salées

Alors qu’elle n’a pratiquement pas d’eau, Christelle se plaint des factures salées de la CWA. « C’est le comble, je n’ai pas d’eau, mais je reçois des factures d’un montant de Rs 500. Or, comment puis-je payer autant pour une eau que je ne reçois pas et que je n’utilise pas ? », s’indigne-t-elle. Aujourd’hui, le montant total de ces arriérés s’élève à Rs 2 000. Et voilà maintenant que la CWA menace de lui supprimer la fourniture en eau si elle ne règle pas ces impayés.

Christelle s’est rendue aux bureaux de la CWA de Pamplemousses et de Rouillard pour expliquer son cas. Elle affirme que les réponses reçues des préposés ont été plutôt déroutantes. « Vous pouvez vous tourner vers les radios privées. Si elles ont autant de pouvoir, elles pourront vous faire avoir de l’eau par magie, m’a-t-on dit sur un ton ironique », témoigne Christelle.  Un officier m’a toutefois conseillé de ne pas payer les arriérés tant que ma fourniture en eau ne revient pas à la normale.

Justement, Christelle veut savoir quand la CWA règlera cette situation inconfortable. Elle a beau appelé sur la hotline de la CWA, nul ne lui répond. « Tout cela est très décourageant. Deux fois par semaine, je dois me rendre chez ma mère à Grand-Baie pour faire ma lessive dans sa machine », déclare-t-elle.
Le lundi 24 octobre, une équipe de la CWA est venue changer le compteur de la jeune femme. « Le travail a été mal fait puisqu’il y a une fuite d’eau. J’ai de nouveau appelé la CWA, on m’a répondu qu’on ferait le nécessaire. Depuis, j’attends…» Christelle dit ne pas comprendre pourquoi les autres familles habitant Indira Gandhi Road reçoivent de l’eau normalement, mais pas elle.

La rédaction d’Xplik Ou K a contacté la CWA à ce sujet. « Il y a une équipe qui travaille sur le cas de Mme Christelle. Elle habite au bout du chemin et la CWA a besoin d’engager des travaux assez conséquents pour qu’elle puisse jouir d’une pression adéquate. Cela prendra un peu de temps », devait nous expliquer Mantasha Ghuroo, la chargée de communication de l’organisme. Ce qui, indique que Christelle devra s’armer de patience avant de voir la lumière au bout du tunnel.

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !